Quand les prises électriques deviennent intelligentes…


Par Daniel Huchette (D&E)

Daniel HuchetteAlors que se développe aux USA notamment l’utilisation de technologies intelligentes de maîtrise de l’utilisation de l’énergie électrique, pourquoi ce type de technologies tarde t’il à arriver en France ? 

Je propose l’hypothèse suivante : nous avons un monopôle de distribution de l’électricité (ERDF) et 60 ans d’habitudes et d’addiction de l’utilisation incontournable de ce service public qui fait qu’au-delà d’ERDF c’est l’illégalité et plus grave les poursuites au civil. 

Daniel Cohn Bendit faisait remarquer à Besancenot que la différence entre le monopôle Services Publics à la Française  et le Service d’Intérêt Général proposée par l’Union, c’était des dizaines de milliers d’emplois en plus par le déploiement du SIG. 

Ces prises électriques intelligentes montrent une fois de plus que les gisements d’emplois sont dans nos rigidités structurelles pour préserver des monopôles certes mais surtout des statuts.

__________________________

Par Asimonnet

Après les réseaux intelligents (smartgrid) et les compteurs communicants (smartmeters), voici les prises électriques intelligentes : les smartplugs !

La société canadienne ZeroFootPrint Software va lancer dans quelques jours une prise électrique d’un nouveau genre, communicante et interactive, la TalkingPlug. Cette entreprise de Toronto développe depuis 2008 des produits et services destinés à aider les entreprises à gérer et réduire leur empreinte carbone.

TalkingPlug : la prise communicanteLa TalkingPlug renseigne sur la consommation d’énergie des appareils électriques branchés. Elle s’adapte sur une prise électrique murale et lui greffe des composants d’identification et de communication : puce RFID, microprocesseur, puce pour réseau sans-fil.

Grâce à ce dispositif, la prise enregistre la consommation des appareils en temps réel et communique les données à un logiciel dédié. Elle est par ailleurs programmable et peut recevoir des informations à distance : un signal pour s’arrêter automatiquement de 22 heures à 7 heures, par exemple.

Bilan énergétique

Si ce système est généralisé sur toutes les prises d’une maison ou d’un bâtiment tertiaire, l’ensemble donne un réseau d’informations qui permet de suivre et de comparer la consommation des appareils ou des utilisateurs disposant des mêmes équipements.

L’outil se veut pédagogique pour montrer aux consommateurs comment l’électricité est consommée et comment ils l’utilisent.

Le coût d’une TalkingPlug est encore cher, 50 dollars environ, mais le prix pourrait baisser si le produit est industrialisé à grande échelle, selon la société.

Entre domotique et smartgrid

De nombreuses autres sociétés, start-up  comme grands groupes, se positionnent sur ce marché de la gestion de la consommation électrique. Aux Etats-Unis, Kill-a-Watt propose, par exemple, un petit boîtier à 30 dollars, qui se branche sur une prise électrique pour relever la consommation de n’importe quel appareil.

Google propose pour sa part une solution logicielle, Google PowerMeter, pour suivre la consommation électrique de son domicile. Et IBM travaille avec la société américaine Consert  (Caroline du Nord) sur un programme visant à doter les appareils électriques (chauffe-eau, système de ventilation, lave-vaisselle, par exemple) d’outils de mesure afin de centraliser et gérer toutes les consommations énergétiques via un réseau relié à Internet. Cisco, Microsoft, Schneider Electric ou encore Siemens se penchent également sur ce marché promu à un bel avenir.

Publié par GreenUnivers

Publicités

2 Réponses

  1. En France il existe une solution qui permet à la fois de suivre sa consommation énergétique globale (sonde pulse) , par appareils (plugs) et de piloter son foyer à distance. Lancement prochain sur http://www.ijenko.com

  2. Une petite précision sur l’organisation du marché de l’électricité en France (et en Europe!). Les fonctions de réseau électrique, en monopole naturel car ce serait économiquement absurde de construire côye à côte une ligne électrique pour la société X et la société Y, sont séparées des fonctions de production et de commercialisation sur lesquelles peut s’exercer la concurrence.
    Pour la France ce monopole naturel est exercé par RTE pour les lignes à haute tension et par ERDF et plus d’une centaine d’entreprises locales de distribution pour la moyenne et la basse tension.
    Ce qui se passe en aval du compteur ne concerne pas ces entreprises qui n’ont pas le droit d’y intervenir.
    Aux Etats Unis la régulation varie d’un état à l’autre mais il y a toujours un monopole local sur les réseaux. En Californie par exemple les réseaux ne sont pas toujours séparés de la production et de la commercialisation, ce qui était le cas pour EDF avant l’ouverture des marchés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :