Le nouveau pacte énergétique (1ère partie)


Par Toussaint Carrindo (D&E)

 

Une envie de vert venant d’Europe 

Poussé par la commission de l’Union Européenne, la France s’est vu donner l’objectif de faire passer sa consommation globale d’énergies renouvelables à 23 % d’ici 2020. D’ici le 31 mars 2010, la France doit fournir à la commission son plan d’action national pour y arriver. Ce plan doit comprendre les trois secteurs que sont :

      1. L’électricité

      2. Le chauffage et le refroidissement

      3. Les transports 

Cet objectif ambitieux est-il réalisable ou utopique ? 

La confusion est souvent faite, mais l’objectif de 23% d’énergies renouvelables est à calculer par rapport à la consommation énergétique totale et non par rapport à la production électrique (569,8 TWh en 2007) répartie ainsi :

  • dont 77,2% soit 439,7 TWh pour l’énergie nucléaire
  • dont 10,9% soit 61,9 TWh pour l’énergie fossile 
  • dont 11,2% soit 64,2 TWh pour l’énergie hydraulique (énergie renouvelable)
  • dont 0,7% soit 4,05 TWh pour l’énergie éolienne (énergie renouvelable)
  • dont 0,6% soit 3,7 TWh pour le bois, les déchets domestiques et les biogaz (énergie renouvelable)
  • dont 0,003% soit 0,02 TWh pour l’énergie photovoltaïque (énergie renouvelable) 

Pour information, la consommation énergétique française en 2007 était de 162,1 Mtep (1 tep (tonne équivalent pétrole) = 11 670 kWh = 41,6 milliards de joule, soit1 Mtep = 1 000 000 tep = 11,67 TWh):

  • dont 71 Mtep soit 43,8% pour le pétrole
  • dont 37,3 Mtep soit 23,0% pour l’électricité
  • dont 35 Mtep soit 21,6% pour le gaz
  • dont 12,2 Mtep soit 7,5% pour les énergies renouvelables et les déchets
  • dont 6,6 Mtep soit 4% pour le charbon 

Ainsi, en 2007, les énergies renouvelables ne représentaient que 13% de la production électrique française (essentiellement grâce à l’énergie hydraulique) alors qu’elles ne pèsent que 7,5% de la consommation énergétique française. On est bien loin des 23% à l’horizon 2020. Pour plus que tripler la part des énergies renouvelables dans notre consommation, il faudra changer de paradigme en aménageant notre sortie du pétrole. L’énergie la moins chère restera toujours celle que l’on n’a pas consommée. La flambée du pétrole en 2008 a montré la tragédie à laquelle on sera potentiellement exposé à l’avenir si rien n’est fait, mais surtout elle a montré comment les comportements pouvaient spontanément évoluer pour diminuer notre consommation en pétrole (covoiturage, conduite routière économe, etc..). La preuve a été faite ! Il est largement possible de réduire notre premier poste de consommation qu’est le pétrole, en mettant en œuvre une ambitieuse politique d’éducation des  mentalités sur les économies d’énergie. 

Cela dit, notre sortie programmée du pétrole (44% de notre consommation en 2007) signifie également que l’électricité (23% de notre consommation en 2007) sera amenée à devenir à court ou moyen terme notre premier poste de consommation énergétique, ne serait-ce qu’à cause de l’épuisement des ressources fossiles. Si l’on prend également en considération le réchauffement climatique et le protocole de Kyoto fixant des objectifs en terme d’émission de CO2, la France doit relever ce défi énergétique en veillant  à modérer ses productions énergétiques carbonées, fussent-elles d’origine électrique. Multiplier les centrales thermiques au charbon pour compenser la sortie de l’énergie nucléaire comme le font les Allemands ne semblent pas raisonnable,  en dépit des nombreuses expériences de captation de CO2 qui se font à travers le monde. 

Le rôle de l’Etat primordial ! 

Il n’y a pas d’énergie parfaite. Chaque type d’énergie comporte son lot d’avantages et d’inconvénients. La France a suffisamment besoin d’énergie qu’il y aura toujours de la place pour toutes ces formes d’énergie, même les plus carbonées… 

Emissions de CO2 en g/ kWh électrique (analyse du cycle de vie).Source : EDF (2000)
charbon 800 à 1050 suivant technologie
cycle combiné à gaz 430
nucléaire 6
hydraulique 4
photovoltaïque 60 à 150
éolien 3 à 22

 Contrairement à ce qu’on pourrait penser à priori, les panneaux solaires contribuent directement à l’émission de gaz à effet serre et leur quantité varie selon la source d’énergie utilisée pour la fabrication des panneaux. Cela est en grande partie dû à l’étape de cuisson à haute température pour la fabrication des wafers en silicium. Ainsi, l’énergie solaire produit beaucoup plus de CO2 que l’énergie nucléaire. 

Si la première priorité pour l’avenir est de diminuer les émissions de gaz à effet de serre, il y a bien plus efficace à faire que de mettre des éoliennes partout. Le nucléaire est une réponse, et les économies d’énergie en sont une autre complémentaire. La Suisse, qui n’a quasiment pas d’éoliennes, a des émissions par habitant deux fois moindres que celles du Danemark (qui fait partie des premiers pollueurs par habitant en Europe question gaz à effet de serre), une fois et demi moindre que les nôtres, et pourtant il y fait froid l’hiver (30% de la consommation d’énergie en France est liée au « confort sanitaire », chauffage pour l’essentiel et eau chaude). L’Allemagne, qui vient juste après le Danemark (pour la production éolienne) a aussi des émissions de gaz à effet de serre par habitant bien au-dessus de la moyenne européenne.Selon Boston Consultant Group, si les 15 programmes du Grenelle de l’environnement étaient appliqués, la France réduirait d’un quart (24%) ses émissions de gaz à effet de serre entre 2007 et 2020, dont la moitié environ grâce à la substitution d’énergie thermique par des énergies renouvelables et environ 25% grâce aux mesures du bâtiment.

 

(a suivre…)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :