L’EMPLOI EN SOUFFRANCE DANS LES TPE


Ce 37ème baromètre de conjoncture des Très Petites Entreprises, réalisé par l’Ifop pour FIDUCIAL, montre que la crise continue de peser fortement sur la situation financière des TPE. Alors que les prévisions d’embauche sont revues à la baisse, la place des jeunes dans les TPE reste très importante. 

Emploi : 2009 en demi-teinte, des prévisions 2010 revues à la baisse
La création nette d’emplois* est nulle au 4e trimestre 2009 bien que 11 % des TPE aient embauché 1,4 personne en moyenne. Le niveau des suppressions de postes (7 % par trimestre sur un an) constitue la moyenne annuelle la plus élevée depuis le lancement du baromètre en décembre 2000.

Un tiers des TPE employeurs a embauché en 2009 un salarié en CDI (au total, 98 % des TPE comptant un ou plusieurs salariés emploient au moins une personne en CDI). La moitié des recrutements en CDI vise des personnes faiblement diplômées (niveau inférieur au baccalauréat). Mais dans 26 % des cas, les nouvelles recrues disposent au minimum d’un bac + 2.

Les TPE ont revu à la baisse leurs prévisions d’effectifs pour 2010. En un trimestre, les prévisions globales de création nette d’emplois pour 2010 sont passées de + 11 à + 6,5, soit une chute de 40 %. Seules 7% des TPE sans salariés ambitionnent toujours une création de postes (contre 14% en octobre dernier). A plus court terme, les prévisions sont encore plus mauvaises. La création nette d’emplois du premier trimestre 2010 s’établit à – 2.

La TPE : une chance pour les jeunes
Les TPE offrent de réels débouchés professionnels aux jeunes. Les moins de 30 ans constituent la catégorie d’âge la plus représentée dans les petites entreprises. Leur présence se renforce, 41 % des derniers salariés embauchés en CDI n’ont pas encore fêté leur trentième anniversaire.

41% des jeunes ont été embauchés directement en CDI et 22 % ont obtenu ce statut à l’issue d’un stage, d’un contrat d’apprentissage ou à l’issue d’un CDD. 23 % sont actuellement en stage ou en contrat d’apprentissage. Les 14 % restants sont en CDD.

Avant d’intégrer leur entreprise, 41 % de ces jeunes étaient sans emploi et 27 % écoliers, lycéens ou étudiants. 59 % n’avaient pas le baccalauréat, mais 19 % étaient au moins titulaires d’un bac + 2.

Selon les dirigeants, la TPE permet une bonne intégration des jeunes dans le monde de l’entreprise (85 %) et leur offre des perspectives professionnelles intéressantes (72 %) en leur donnant accès rapidement à des responsabilités importantes (60 %).

Les patrons de TPE sont 89% à estimer que ces jeunes salariés sont motivés ; dont 29% qui les trouvent « très motivés ».

78% des patrons de TPE toujours inquiets au sujet de la crise économique
Alors que les annonces de reprise progressive de l’activité économique au cours des prochains mois se succèdent, 31% des interrogés jugent toujours leur situation financière préoccupante. 13% d’entre eux pourraient même cesser leur activité dans l’année. L’indicateur trimestriel de situation financière** termine l’année 2009 dans le rouge (-15 points).

30% des patrons de TPE estiment que leur situation de trésorerie va se dégrader au cours des trois prochains mois (+2 points). L’attitude des banques va donc être déterminante pour ces entreprises. 24% (+3 points par rapport au mois d’octobre) des dirigeants ont subi un durcissement des conditions d’accès au crédit de la part de leur banque. Malgré cela, 29% d’entre eux (+ 4 points par rapport au précédent baromètre) ont effectué une demande de crédit.

Comme le souligne Jean-Marc Jaumouillé, directeur des techniques professionnelles de FIDUCIAL : « Dans un contexte économique difficile, l’attitude des banques sera déterminante pour l’avenir des TPE et la consolidation du tissu économique de proximité. Sans évoquer les investissements, beaucoup de petites entreprises, rentables de surcroît, auront besoin de quelques milliers d’euros pour passer une échéance. Il serait inadmissible qu’elles soient condamnées à une mort pour le moins évitable par la prudence abusive de leur banque ».

* Création nette d’emplois (différence entre la création et la suppression de postes)
**Indicateur de situation financière (pourcentage d’amélioration de situation financière moins pourcentage de dégradation)

Méthodologie de l’Etude :
Echantillon de 1 002 dirigeants de TPE de 0 à 19 salariés, raisonné sur les critères secteur d’activité de l’entreprise, taille de l’entreprise, région d’implantation de l’entreprise et interrogé par téléphone du 18 au 27 janvier 2010.

FIDUCIAL
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :