Le riz décolle


Par Vincent Paes

Il y a deux ans, les cours du riz, aliment de base pour les deux tiers de la population, atteignaient des sommets. Le seuil symbolique des 1000 dollars la tonne avait été alors franchi, contre seulement 360 dollars fin 2007. Cela avait alors provoqué des émeutes de la faim, notamment en Argentine et au Sénégal. Aujourd’hui, les choses se sont améliorées : la production et les exportations sont reparties tandis que la spéculation a pris fin. Depuis le 1er janvier dernier, les cours du riz à Chicago ont chuté de 13,6 %.

Malgré une production mondiale record, le prix du riz devrait atteindre un nouveau record cette année grâce à la hausse de la demande et des exportations. L’offre peine à suivre la demande. Craignant la pénurie, de nombreux gouvernements et importateurs ont stocké de grandes quantités de riz, alimentant un peu plus la hausse.

2008 : l’année du riz

La FAO, l’agence onusienne chargée de l’agriculture et de l’alimentation, a fait savoir que la production mondiale de riz non décortiqué pourrait croître de 2,3% en 2008, atteignant ainsi un nouveau record à 666 millions de tonnes. Grâce à des hausses de productivité, la seule production asiatique pourrait dépasser, pour la première fois, le seuil des 600 millions de tonnes cette année.

En Afrique, la production de riz pourrait augmenter de 3,6% à 23,2 millions de tonnes de riz, selon les estimations, tandis que la production en Amérique latine et dans les Caraïbes devrait croître de 7,4% à 26,2 millions de tonnes, selon les données de la FAO. En revanche, la production régresse en Australie, aux Etats-Unis et en Europe, en particulier à cause de la concurrence d’autres cultures, plus rentables.

Une offre à la traîne par rapport à la demande

Malgré une offre en hausse, les prix du riz ont bondi : + 76% entre décembre 2007 et avril 2008, selon la FAO. Des prix qui devraient se maintenir dans la mesure où les stocks des pays exportateurs sont en baisse. Seule une suppression ou un adoucissement des limitations à l’exportation permettrait de calmer les prix dans les mois à venir. Autant dire que les chances sont faibles. Pour l’instant, parmi les exportateurs majeurs, seuls la Thaïlande, le Pakistan et les Etats-Unis, exportent du riz sans restriction. Conséquence : le commerce mondial du riz devrait reculer d’environ 7% à 28,8 millions de tonnes en 2008.

Mais la hausse des prix n’est pas uniquement due au déséquilibre entre offre et demande. L’augmentation des coûts de production contribue également à ce phénomène. En effet, depuis 2007, les prix des engrais, des pesticides et du carburant ont fortement progressé. Les stocks mondiaux de riz sont estimés à 105,2 millions de tonnes à la fin de la saison commerciale, légèrement en dessous des niveaux de l’année dernière, indique le rapport de la FAO sur le riz. La consommation de riz blanc devrait croître de 2% en 2008, atteignant 437 millions de tonnes. 86% de ce total est consommé comme produit alimentaire. Cela veut dire que la consommation mondiale par personne et par an passerait de 57 kilos en 2007 à 57,3 kilos en 2008.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :