Regards d’Entrepreneurs


Par Entrepreneurs d’Avenir

Jean-Marc Borello et Michel Meunier : des entrepreneurs en mouvement

Jean-Marc Borello vient d’être élu à la tête du Mouvement des entrepreneurs sociaux. Michel Meunier sera bientôt nommé président du Centre des jeunes dirigeants.

 Convaincus de la nécessité de fédérer pour influencer, ces deux Entrepreneurs d’avenir reviennent sur leurs démarches, à la fois différentes et complémentaires.

Fin 2008, au coeur de la crise, plusieurs voix se sont élevées pour indiquer l’économie sociale et solidaire comme une issue de secours. Et beaucoup, pour la première fois, découvraient ce qu’elle représentait. Un enjeu de taille s’imposait alors : faire connaître cette autre économie, mettre en lumière les solutions qu’elle apporte et ses pratiques, de façon à influencer le débat public. En février dernier, le Mouvement des entrepreneurs sociaux (Mouves) a été lancé avec cet objectif précis, Jean-Marc Borello à sa tête. “Notre but est de fédérer les entrepreneurs sociaux en soutenant l’innovation et en bousculant les habitudes », nous explique-t-il. Et surtout, “d’apprendre aux entrepreneurs sociaux à parler le langage de la preuve. Nous serons convaincants uniquement si nous démontrons les impacts sociaux et économiques de nos entreprises ». Les membres du Mouvement, cent cinquante à ce jour, élaborent ensemble des propositions sur l’innovation sociale, le financement,la formation et la labellisation des entreprises sociales.

Propositions aujourd’hui reprises dans le rapport Vercamer, rendu public le 28 avril dernier, dans ses préconisations pour développer et soutenir l’économie sociale et solidaire. “Notre richesse est d’être un lieu d’échange de personnes et non d’organisations, ouvert à toutes les contributions. » Pour que le débat soit le plus stimulant et le moins idéologique possible, les contacts avec les mouvements de l’économie dite « classique » sont donc les bienvenus. Le Centre des jeunes dirigeants (CJD), par exemple, dialogue déjà avec le Mouves pour développer les échanges et les passerelles.

Michel Meunier, futur président du Centre des jeunes dirigeants, nous explique : “Pendant le Grenelle de l’insertion, on a observé que l’entreprise classique et l’entreprise sociale ne se connaissaient pas. Pour avancer, il faut d’abord faire tomber les cloisons qui nous séparent. »

Vice-président du CJD depuis 2007, Michel Meunier a d’ailleurs pris l’habitude de travailler sur ces questions d’ordre social avec tous les partenaires potentiels. En s’associant par exemple au Tour de France de la diversité 2009 organisé par l’Institut du mécénat de solidarité (IMS). Un événement qui donne aux adhérents des différentes antennes locales du CJD l’occasion de partager leurs bonnes pratiques en termes de diversité. “Ensemble, nous, les dirigeants, quels que soient notre secteur d’activités ou nos réseaux d’appartenance, nous parlons le même langage, et par de simples échanges nous diffusons les bonnes pratiques. » Ouverture, dialogue, approche proactive: 

voilà la méthode commune au CJD, au Mouves et aux Entrepreneurs d’avenir. Trois mouvements qui revendiquent leur complémentarité. Invité au Parlement 2009, Jean-Marc Borello évoquait avec d’autres entrepreneurs des pistes aujourd’hui reprises et développées par le Mouves ou le CJD. De la naissance des idées à leur développement, les réseaux par champs de compétence se suivent et se relaient.http://www.cjd.net

www.mouves.org

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :