Les cadres inquiets de la situation économique


Par Françoise VINCENT

Si 31% des cadres estiment que leur entreprise est en développement économique, ils sont plus nombreux à s’inquiéter de l’état de santé de l’économie en général. Par ailleurs, ils jugent moins utile de se former.

Interrogés sur leur perception de la situation économique, les cadres avouent leur inquiétude. C’est ce que révèle l’enquête semestrielle réalisée par l’Apec, réalisée en mai dernier, pour la Tribune auprès de 1200 cadres du secteur privé. La proportion des « pessimistes » attribuant une note inférieure à 5 sur 10 à l’état de santé de l’économie en général atteint aujourd’hui 60%, alors qu’elle était descendue à 48% en décembre dernier. En même temps, la situation des entreprises semble s’améliorer pour une partie d’entre elles: 31% des interrogés estiment que leur entreprise est en développement économique, soit 8 points de plus qu’il y a six mois.

Des politiques RH qui déçoivent

Toujours selon le baromètre, les cadres confirment que l’insatisfaction quant aux politiques RH reste forte. Ainsi, la proportion de cadres optimistes pour leur avenir professionnel ne gagne que 3 points en six mois. La part, d’entre eux, redoutant de perdre leur emploi a encore légèrement reculé. Cet indicateur classique de confiance n’influe cependant pas sur les intentions de mobilité, la prudence est toujours de mise. Interrogés sur l’évolution dans les 12 prochains mois de leurs conditions de travail, leur rémunération ou leurs perspectives de carrière, les cadres expriment des espoirs, notamment sur le plan de la rémunération, mais aussi des craintes et des insatisfactions prévisibles.

La réforme des retraites inquiète
Les cadres sont très majoritairement inquiets (52%) au niveau de leur future pension de retraite. Tous se sentent concernés par cet enjeu et expriment un niveau de crainte très élevé. Invités à choisir parmi une palette très large de propositions, l’allongement de la durée d’activité n’apparaît qu’au sixième rang des solutions que les cadres privilégieraient pour réformer le système actuel. La mise en place de nouvelles sources de financement leur semble plus adéquate, même s’il s’agit de mesures taxant des éléments de rémunération dont ils sont les principaux bénéficiaires (intéressement, participation, bonus).

La formation n’est plus prioritaire
Par rapport à décembre 2009, les cadres jugent moins utiles de se former, notamment s’il s’agit de formations longues (- 9 points). Le bilan de compétences et la VAE (validation des acquis par l’expérience) pourraient en faire les frais. Quant à la question: « Pour être conseillé dans la gestion de votre carrière, à qui vous adressez-vous de préférence? », ils sont 51% à répondre qu’il s’agit d’une démarche personnelle. Seulement 17% d’entre eux s’adressent à leur supérieur hiérarchique et 6% à leur DRH.

Publicités

Une Réponse

  1. Comme la position de cadre est juste un statut social, on comprend fort bien leur désintérêt pour la formation et encore plus quand il s’agit de celles des autres et notamment de leur subordonnés. Il est regrettable de constater que la formation comme actif stratégique de l’entreprise et/ou de notre société, soit si peu comprise. A leur décharge, relativement à cette enquête il est vrai que les cadres répondent avant tout aux questions qu’on leur pose. Mais les cadres décideurs, il doit y en avoir ne sont pas non plus innocents du fait qu’il y ait si peu de salariés, notamment les plus modestes, bénéficiant de formation. En effet qui dit cadre dit encadrement.

    Concernant leur retraite, leur réaction est de bon sens, car pour beaucoup d’entre eux, l’allongement effectif de durée de cotisation les conduira à passer plus longuement par la case chômage en fin de carrière, notamment faute de développement d’activités pour les accueillir. Or sauf erreur de ma part, merci de me corriger, le développement d’activités passe aussi par la dynamisation de la R&D, la mobilisation de la recherche publique et la formation généralisée. Les cadres je les aime bien, encore plus quand ils pensent aussi à ceux, plus modestes, qui les entourent comme acteurs importants et bien formés. C’est à dire les cadres, je les aime cadres responsables de quelque chose.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :