L’immobilier commercial américain se prépare à une nouvelle vague de défaillances


Par Mathilde GOLLA

Les banques pourraient perdre 200 à 300 milliards de dollars à partir de 2011, selon un rapport émanant du Congrès

L’immobilier commercial américain est une bombe à retardement. Selon un rapport publié par le COP, une émanation du Congrès américain, sur les cinq prochaines années, une vague de défauts sur les prêts accordés dans le domaine de l’immobilier commercial pourrait menacer la stabilité du système financier américain. En particulier, les banques de petites et moyennes tailles seraient les premières victimes de cette nouvelle vague de défaillances. Ensuite, par l’intermédiaire des dégâts collatéraux provoqués sur les spreads, l’économie du pays pourrait se trouver affaiblie durant une période prolongée.

Selon les prédictions du Congressionnal Oversight Panel, entre 2010 et 2014, près de 1.400 milliards de dollars de crédits immobiliers commerciaux devront trouver un refinancement. Mais le Congrès américain prévient: la moitié de ces emprunts dépasse la valeur actuelle des biens auxquels ils sont adossés. En effet, depuis 2007, la valeur des biens immobiliers commerciaux a diminué de plus de 40%. En cause, la hausse du taux d’inoccupation, de 8% pour les immeubles d’habitation et 18% pour les immeubles de bureaux, et la baisse des loyers, qui atteint 40% pour les bureaux et 33% pour les magasins.

En conséquence, selon les estimations du COP, pour 2011 et après, la vague de défauts pourrait provoquer 200 à 300 milliards de dollars de pertes pour les banques. Or, les stress tests menés par la Fed et le Trésor auprès des grands établissements ont limité l’examen des comptes jusqu’en 2010. «Surtout, les petites et moyennes banques régionales n’ont jamais été soumises aux tests de solidité financière bien qu’elles soient proportionnellement davantage exposées aux pertes sur les crédits immobilier commerciaux», s’alarme le rapport.

Banques et autres créanciers font face à deux risques principaux. D’une part, l’emprunteur n’est pas en mesure de régler les intérêts et le principal sur la durée du prêt. D’autre part, il ne peut obtenir de refinancement au moment où le prêt arrive à son terme.

Les conséquences de ces défaillances ne se limitent pas à la sphère financière. Des complexes de bureaux, hôtels, et magasins de détail vides pourraient provoquer des pertes d’emplois. Les saisies de complexes immobiliers pourraient priver des familles de leur foyer, même si elles ont honoré chacun de leur loyer

Publicités

Une Réponse

  1. Merci pour ces infos intéressantes. Dans le cadre de ma recherche pour un achat immobilier je pense que cela me sera utile.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :