La Russie, l’Inde, la Chine : Le triangle stratégique…


Par En Jincheng Yu (Xinhua)

La Russie, l’Inde et la Chine poursuivent des objectifs communs dans leurs politiques internationales et le développement économique.

Dans ce qui est la dernière étape de la coopération trilatérale dans une variété de domaines, le ministres des Affaires étrangères de la Chine, la Russie et l’Inde se sont réunis pour deux jours la semaine dernière à Wuhan, capitale de la province du Hubei central. Dixième du genre, la réunion a démontré l’approfondissement des liens trilatéraux entre Pékin, Moscou et New Delhi.

En raison de l’influence croissante de ces trois pays dans les affaires régionales et mondiales, la coopération ouvre des perspectives pour un développement accru.

Ces trois membres de ce qu’on a appelé BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine), couvrent 40 pour cent de la population mondiale, avec un PIB combiné de plus de 15 %du total mondial. Les trois profitent d’une position particulièrement avantageuse en termes de géopolitique, avec une abondance de main-d’œuvre,des ressources naturelles etdes avancées scientifiques et technologiques. La situation géographique des trois pays facilite aussi l’approfondissement du commerce triangulaire.

Les trois sont des économies émergentes, qui souhaitent relever leur statut international, tandis qu’ils partagent de nombreuses vues sur les questions internationales. Les trois pays font également appel à des réformes de l’ordre mondial actuel. Ils sont également confrontés à des difficultés internes telles que la lutte contre l’extrémisme religieux, le séparatisme ethnique et le terrorisme international. Pour tous, la coopération économique et commerciale est une plate-forme importante pour leur partenariat stratégique trilatéral visant à s’implanter.

Le concept d’un «triangle stratégique» a été l’idée de l’ancien Premier ministre russe Evgueni Primakov Maximovitch, qui le premier a utilisé le terme en 1998 lors d’une visite en Inde. Bien que l’approche a généré peu d’enthousiasme à l’époque, la Chine, la Russie et l’Inde ont commencé à reconnaître la nécessité  de renforcer leurs liens triangulaires, de préserver leurs intérêts au tournant du siècle, surtout après les guerres lancées par les États-Unis en Afghanistan et en Irak.

Dans la même veine, les trois pays ont tenu des discussions avec des contacts par des hauts fonctionnaires en Septembre 2001, après quoi les ministres des Affaires étrangères ont tenu leur première « réunion informelle » dans la ville portuaire russe de Vladivostok en Juin 2006. A cette époque, ils ont publiés une déclaration conjointe qui soulignant leur intérêt de développer la coopération trilatérale dans des domaines spécifiques comme un moyen d’apporter une contribution substantielle à la paix et la stabilité en Asie et dans le monde. Les chefs d’Etat des trois pays se sont réunis en parallèle avec les réunions du sommet du G8 en Juillet 2006.

La Chine, la Russie et l’Inde ont un besoin stratégique commun de renforcer leurs liens. Dans le monde d’aujourd’hui où les relations internationales connaissent de profonds bouleversements et de multi-polarisation continue de s’accélérer, les trois pays sont sur des positions  similaires dans une multitude de questions internationales. Ils préconisent la démocratisation des relations internationales et la création d’un nouvel ordre international fondé sur les lois internationales universellement reconnues.

Traduction d’A.Loréal d’après Pravda.ru

 

 

 

Publicités

Une Réponse

  1. ce ballet à trois me rappelle furieusement le ballet à trois de la fin des années 50 avec Nehru, Chou-En Laï et Kroutchev. A l’époque L’URSS était encore le grand frère et l’Inde le leader du Tiers Monde. Queqlues temps après les Chinois et les Indiens se tapaient dessus sur les contreforts de l’Hymalaya et on passait des baisers sur la bouche sur la Place Rouge ou la Place Tien-an-Men aux incursions plus ou moins bienveillantes de part et d’autre du fleuve Amour (ah! l’Amour sera toujours l’Amour). Actuellement si la Chine et la Russie se font des papouilles, c’est parce que la Chine a besoin désespèrement du pétrole et du gaz sibérien, jusqu’au jour où elle se rendra compte que la Sibérie est …chinoise. Quant à l’amitié entre l’Inde et la Chine, tant que le dalaï-lama aura sa base arrière sur les collines du Nord de l’Inde tant que les Chinois auront la velleité de canaliser le Brahmapoutre et le Gange, tant que la Chine dotera le Pakistan de missiles pour son aviation, j’aurai plus qu’un doute sur la qualité de cette poignée de main souriante (si tant est qu’une main puisse sourire) .
    Il doit bien exister dans les archives photographiques une photo des années 1900 où posaient en même temps et souriant le Kayser, le Roi d’Angleterre et le président du Conseil Français,non?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :