Pour une vision progressiste de l’Entreprise

Mercredi 11 mai, nous accueillerons

Marc DELUZET

Pour une vision progressiste de l’Entreprise

CONTENU :

Alors que l’entreprise représente pour la plupart de nos concitoyens une part importante de leur existence, la gauche peine à définir à quelles conditions l’entreprise pourrait constituer un lieu de progrès.  Construire un récit  positif, mobilisateur, autour d’un modèle de développement durable, susceptible de créer l’espoir  tel est l’objectif de cette réflexion indispensable. 

Ingénieur chimiste, ex  secrétaire confédéral  de la CFDT chargé du dossier  mondialisation puis, de la Responsabilité Sociale des Entreprises et des questions de politiques Industrielles, Marc DELUZET est aujourd’hui  Délégué Général de l’OBSERVATOIRE SOCIAL INTERNATIONAL .Il est notamment auteur de » Ré enchanter le travail. Pour une réforme du capitalisme », R. GODINO Ed. La Découverte (2006). Contribution sur la sécurité professionnelle et la gouvernance des entreprises.  « Pour de nouveaux droits sociaux » (2006). Note de l’association « A Gauche, en Europe ». En faveur du bien-être au travail et du droit universel à la santé, Engagement de l’OSI Avril 2010.

 20h30/22h30 Maison des Associations, 181 avenue Daumesnil, 75012 – Paris

Entrée libre, places limitées. Veuillez réserver sur « La Coopol » (rubrique événements) http://www.lacoopol.fr/groupe/527530/evenements  Ou « Facebook » : http://www.facebook.com/group.php?gid=172721402763&v=app_2344061033

Etude prospective sur les emplois liés à l’énergie

Par ENERZINE

Les Cabinets de conseil SYNDEX/ALPHA ont réalisé une étude pour le compte du CGDD** sur « la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences dans les secteurs industrie et énergie impactés par le Grenelle de l’environnement et l’évolution du système européen ETS d’échange des droits d’émission des gaz à effet de serre ».

Cette étude présente l’intérêt, comparé à d’autres travaux sur les impacts du Grenelle, d’appréhender les mutations de l’emploi dans leur globalité, en ne se limitant pas aux secteurs pourvoyeurs d’emplois « verts » mais en pointant les risques de destruction d’emplois liés à la mise en oeuvre du Grenelle, avec une analyse des retombées plus qualitative que quantitative et des approches typologiques de la vulnérabilité de certaines catégories de travailleurs au regard des possibilités de reconversion et de formation. Lire la suite

Etat exemplaire : les objectifs pour 2011 sont fixés

Par Florence Roussel (Actu-environnement)

Formation à l’écoconduite, développement de la visioconférence ou encore parité professionnelle de l’encadrement, les indicateurs du programme Etat Exemplaire ont été étoffés pour 2011 et les exigences se renforcent pour les anciens indicateurs.

Dans une circulaire datée du 5 avril 2011, le Premier ministre a fait part des nouveaux objectifs que les différents ministères de l’Etat devront respecter en 2011 dans le cadre du programme « Etat exemplaire » mis en place en décembre 2008. 14 indicateurs sociaux et environnementaux seront suivis cette année contre 11 en 2010 et 8 en 2009.

Désormais respectées par la majorité des ministères, certaines exigences des années précédentes ont disparues de la liste. C’est le cas par exemple de la mise en place d’un outil de suivi énergétique ou la réalisation d’audits énergétiques. En parallèle, quatre nouveaux indicateurs font leur apparition. Les ministères devront désormais signaler le nombre de salles de réunion équipées d’un système de visio-conférence. « Par visioconférence, il faut entendre l’utilisation d’appareils permettant de transmettre en temps réel et interactivement l’information visuelle et auditive d’un site vers un ou plusieurs sites à distance, ce qui permet une communication synchrone », peut-on lire dans la circulaire. Les ministères devront fournir une liste des sites équipés et doivent mettre en place un dispositif de mesure du taux d’occupation des salles concernées Lire la suite

Les banques sous le contrôle des citoyens ?

Par Béatrice Héraud (Novéthique)

Réponse à l’appel de Cantonna pour retirer son argent des banques, soutien à l’organisation d’une ONG chargée de développer un lobbying et une contre-expertise sur la règlementation financière, vote contre le financement de la faillite des banques…Alors que le G20 peine à règlementer la finance internationale, les citoyens se mobilisent de plus en plus pour exercer un contrôle sur les banques et le système financier.

« La crise financière nous a montré les dangers d’une absence de réglementation de la finance, et le lien entre le secteur financier et la société a été rompu. Il est temps non seulement de réparer ce lien, mais également que le secteur financier rende un peu de ce qu’il a pris à la société », voilà les mots qu’adressent 1 000 économistes prestigieux de plus de 50 pays -parmi lesquels Joseph Stiglitz, Paul Krugman ou, en France Jacques Attali- aux ministres des finances du G20 et à Bill Gates dans une lettre demandant l’instauration de la Taxe Robin des bois, autre nom de la taxe Tobin . Une initiative symptomatique d’un mouvement citoyen mondial qui demande à prendre une part de plus en plus active dans le contrôle et la régulation du système financier actuel. Ainsi, selon un sondage YouGov, organisé dans 6 pays européens et commandité par Oxfam, plus de 80% des personnes interrogées (de 82% aux Pays-Bas jusqu’à 90% en Espagne) estiment que les banques, les Hedge Funds – fonds de spéculation- et autres institutions financières ont pour responsabilité de réparer les dommages causés par la crise économique, liés à leurs activités. Et, au Royaume-Uni, en Allemagne, en France, en Espagne et en Italie, la majorité soutien la création d’une taxe Robin des bois… Lire la suite

Pétrole : le début de la fin

Par Vincent Paes (Economie et Société)

Nous avons, en 2009, atteint le pic de production en matière de pétrole. La production ne peut maintenant que décroître, alors même que la croissance de l’économie mondiale a retrouvé un train de 4,5 %”.

Cette phrase choc a été déclarée, le 5 avril, par notre premier ministre François Fillon. C’est la première fois que le gouvernement reconnaissait que nous avions atteint « peak oil », pic de production du pétrole, à partir duquel la production mondiale de pétrole ne peut que décroître désormais (pétrole conventionnel seulement, le pétrole de schiste n’est pas concerné mais ne peut boucher le trou). Le Président américain, Obama avait fait de même un mois auparavant.

33% de l’énergie consommée en France

Lire la suite

Energie : Et maintenant, on fait comment ?

Par « caderange » Enerzine.com                  

La catastrophe du Fukushima vient brutalement de repousser tout au moins, voire de jeter au panier, le modèle de « mix » énergétique sur lequel le monde comptait poursuivre son développement économique. Un mix énergétique qui avait l’avantage d’être le seul réaliste, quoique très limite quand même, pour permettre aux pays émergents de se rapprocher du niveau de vie des pays développés, aux pays développés de se maintenir à leur niveau de vie actuel tout en faisant néanmoins des efforts considérables pour s’y maintenir et de maitriser tant bien que mal le réchauffement climatique.

Car s’il est facile de parler de solution vertes et de critiquer toujours et encore les choix existants, il est infiniment plus difficile de trouver d’autres solutions pour satisfaire les besoins chiffrés des uns et des autres à l’échelle de la planète.

Plusieurs choses sont sures. Du coté des besoins, nous n’empêcherons pas les pays émergents qui ont enfin trouvé la martingale de la croissance de poursuivre dans cette voie tellement le réservoir de ceux qui n’ont rien ou pas grand chose est vaste et tellement leurs attentes, totalement légitimes, sont immenses. Ceux qui ne l’ont pas encore trouvée la trouveront bientôt et viendront se rajouter aux acheteurs d’énergie sur le  marché. Lire la suite

Le Smic devrait augmenter autour de 2% au 1er juillet

D’après Le Journal du Net – Management

Le Smic devrait augmenter autour de 2% au 1er juillet prochain, a déclaré lundi Christine Lagarde, ministre de l’Economie, interrogée sur LCI, une conséquence mécanique de l’évolution des prix.

« Il est très probable effectivement qu’on aura une augmentation du Smic de 2% au 1er juillet. Maintenant, est ce que cela va être pile poil 2% ? C’est prématuré de vous donner un chiffre précis, mais c’est de cet ordre-là probablement », a déclaré Mme Lagarde.

Vendredi dernier, le journal économique Les Echos avait écrit que le Smic pourrait augmenter de 2% au 1er juin ou au 1er juillet, pour s’ajuster à l’inflation qui franchirait dans les prochaines semaines le cap des 2%.

La revalorisation du Smic est automatique, selon le code du Travail, quand la hausse des prix atteint 2% en glissement depuis la dernière revalorisation du Smic, selon le ministère du Travail.

« L’automaticité est dans les textes. L’effet mécanique sera là si le chiffre (de l’inflation) est au rendez-vous mais nous n’avons pas encore calculé quand cela pourrait intervenir », a précisé une porte-parole.

Le Smic a déjà enregistré une hausse de 1,6% le 1er janvier.

Le salaire minimum actuel est de 9 euros brut de l’heure, soit un Smic à 1.365 euros.


%d blogueurs aiment cette page :