Jusqu’à 8000$ de subvention pour acheter une voiture électrique


D’après « la presse canadienne« 

Le Québec offrira jusqu’à 8000 $ de subvention aux acheteurs de véhicules électriques.

Le gouvernement a annoncé jeudi son plan d’action. Il veut 300 000 véhicules électriques et hybrides sur les routes en 2020. Hydro-Québec se frotte les mains puisqu’elle anticipe déjà les bénéfices à escompter à la recharge.Ces mesures, assorties d’autres programmes concernant aussi le transport collectif et le développement de la filière industrielle, coûteront 165 millions $ au trésor québécois. Au cours d’une conférence de presse aux allures de grand-messe, rassemblant plusieurs ministres et députés, avec en arrière-scène une sélection de véhicules hybrides et électriques, le premier ministre Jean Charest a soutenu que « le Québec peut et veut devenir un maître d’oeuvre et un agent de changement » dans ce domaine. »(L’électricité), c’est notre filière à nous, a déclaré M. Charest. Québec dispose plus que quiconque des atouts » pour miser sur le véhicule électrique. « Qui aurait cru qu’un jour nous brancherions nos véhicules sur nos barrages? a demandé sa ministre des Ressources naturelles, Nathalie Normandeau. Ce jour est à nos portes. »

C’est une affaire de gros sous pour le gouvernement. En réduisant ses importations d’hydrocarbures estimées à 11 milliards $, le Québec améliore sa balance commerciale. Et du même coup, il retranche 900 000 tonnes de gaz à effet de serre.L’aide prévue pour les particuliers est modulée en fonction de l’autonomie de la batterie. À compter de 2012, l’acheteur bénéficiera d’un rabais pouvant atteindre 8000 $ pour un véhicule tout électrique comme la Nissan Leaf. Cette aide correspond au surcoût estimé pour les véhicules disposant des nouvelles technologies électriques.D’autres autos, telles que la Chevrolet Volt et la Toyota Prius, comptent parmi les modèles admissibles.

L’opposition péquiste n’a pas été du tout impressionnée par l’annonce faite par le gouvernement, la jugeant trop peu ambitieuse.Selon le porte-parole péquiste en transport, Nicolas Girard, le gouvernement s’est fixé un objectif intéressant, mais n’a pas prévu les moyens requis pour les atteindre. »On a eu un spectacle de relations publiques, mais les moyens ne sont pas au rendez-vous », a-t-il dit en point de presse, anticipant des résultats mitigés. »On ne va pas assez loin et pas assez vite », selon lui.Il estime notamment que Québec aurait dû investir plus d’argent pour développer une technique propre au Québec en matière de transport par véhicule électrique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :