Ce que veulent les marchés…

Edito par Paul Jorion

La différence entre ce que veulent les marchés et ce que veulent les autres fut particulièrement visible dans les rues d’Athènes hier, après que le parlement grec vota les mesures d’austérité réclamées par les premiers.

On entendit dire hier en Grèce ce qu’on avait entendu dire en Belgique il y a quelques mois : que ce que les marchés désirent est plus essentiel que ce qu’expriment les citoyens par leur vote. Ce n’est pas neuf : on a pu lire dans le Salammbô de Flaubert que le désir du dieu Moloch de dévorer les enfants de Carthage était plus important que le souci de leurs parents de les maintenir en vie.

Les « marchés », ce sont les investisseurs : ceux qui disposent du capital. Autrement dit, un sous-ensemble des citoyens. Faire passer leurs désirs avant ceux des autres revient à remplacer la démocratie du suffrage universel par celle du système censitaire. Cela doit être dit. Lire la suite

Publicités

Fukushima : TEPCO contraint de se tourner vers le GNL

D’après Enerzine

Dans l’objectif de compenser la perte de production d’électricité d’origine nucléaire suite à l’accident de la centrale atomique de Fukushima, au Japon, le tout nouveau PDG de Tokyo Electric Power (TEPCO) a l’intention de recourir au gaz naturel liquéfié (GNL).

Toshio Nishizawa a ainsi expliqué que les centrales thermiques fonctionnant au GNL iront en augmentant.

Au global, sur les 17 réacteurs détenus par TEPCO, 4 seulement sont en exploitation. En effet, les 6 réacteurs de Fukushima Daiichi et les 4 autres de Fukushima Daiini (nord-est, côte Pacifique) ont été stoppés depuis le 11 mars. Après, 3 réacteurs de la centrale nucléaire de Kashiwazaki-Kariwa (Mer du Japon) ont été suspendues suite à un séisme survenu en 2007.

TEPCO a ainsi prévu une planification précise – d’ici cet automne – de sa production d’électricité pour la prochaine décennie dont l’axe principal reposerait sur l’utilisation du GNL.

Pour se faire, l’opérateur énergétique chercherait un accord avec l’Australie qui lui fournirait 20% de son approvisionnement annuel en gaz.

Actuellement, le Japon doit utiliser à plein ses centrales thermiques qui fonctionnent au pétrole, au gaz et au charbon. Les autorités ont imposé aux gros consommateurs d’énergie de réduire de 15% leur consommation d’électricité, à cause notamment de l’utilisation massive des climatiseurs l’été.

TEPCO a par ailleurs réaffirmé son engagement à stopper ses activités de développement de l’énergie nucléaire en dehors du Japon. « Avec l’accident, nous allons réduire notre part d’électricité d’origine nucléaire« , a confirmé Toshio Nishizawa dans le quotidien Nikkei.

Publiè la première fois sur le site dEnerzine le 30/06/2011

Endettement des États-Unis: le FMI lance un avertissement

D’après la presse canadienne.

Le Fonds monétaire international (FMI) a appelé mercredi les parlementaires américains à relever le plafond d’endettement des États-Unis, avertissant que ne rien faire pourrait provoquer une hausse des taux d’intérêt nuisible à l’économie américaine et aux marchés financiers internationaux.

Ce plafond, fixé à 14 300 milliards $, représente le montant maximal que l’État fédéral peut emprunter pour financer ses activités. Les États-Unis l’ont atteint en mai et pourraient faire défaut sur leur dette s’ils ne la relèvent pas d’ici le 2 août.La limite doit être relevée « rapidement pour éviter un choc sévère pour l’économie et les marchés financiers mondiaux », déclare le FMI dans son rapport annuel sur l’économie américaine.Le dossier oppose le président américain Barack Obama et les parlementaires républicains. Ces derniers demandent en préalable des coupes budgétaires substantielles, notamment dans le programme d’assurance-santé aux personnes âgées Medicare. Les démocrates estiment de leur côté que tout accord doit inclure des hausses d’impôts.

Le FMI note dans son rapport que la hausse des déficits publics américains représente un risque pour l’économie, mais prône une stratégie de longue haleine pour les résorber. Réduire le déficit trop rapidement pourrait ralentir la faible reprise de l’économie américaine, explique-t-il.

Les agences de notation Standard & Poor’s et Moody’s ont récemment averti qu’elles pourraient dégrader la note de crédit des États-Unis en l’absence d’accord sur le plafond de la dette et de progrès dans la lutte contre les déficits.

La dégradation de la note américaine aurait des « répercussions mondiales importantes » étant donné « le rôle central des obligations du Trésor américain sur les marchés financiers mondiaux », souligne le FMI.

Publié la première fois sur le site desaffaires.com le 29/06/2011

Saviez-vous que le pire est devant vous?

Edito d’ Olivier Schmouker

Vous comme moi, nous cherchons sans cesse à prévoir ce qui va nous arriver. Nous ne pouvons pas nous en empêcher, c’est plus fort que nous. Nous anticipons dans notre agenda ce que nous avons à faire au travail, aujourd’hui comme demain et après-demain; nous dressons des tonnes de listes (les courses à l’épicerie, le rendez-vous chez le dentiste,…); nous écoutons avec avidité les bulletins météo; etc. Mais ce faisant, nous croyons nous entourer de certitudes rassurantes, alors qu’en réalité nous ne faisons que nous mettre des œillères pour nous empêcher de voir la catastrophe qui nous guette! Lire la suite

« Entrepreneurs d’Avenir » : Bilan du « parlement » 2011

D’après Entrepreneurs d’Avenir

En ouvrant officiellement le 2ème Parlement des Entrepreneurs d’avenir, Claude Tendil, PDG de Generali, plante d’emblée le décor : « Nous vivons dans un champ d’incertitudes, durablement installé ». Un constat partagé par tous les intervenants, Nicolas Hulot en tête, qui évoque « un rendez-vous critique, un point d’étape crucial dans l’histoire de l’humanité ». C’est donc bien sur fond de crise, mais animés par la volonté commune de « réinventer l’entreprise pour un avenir souhaitable » que plus de 1000 entrepreneurs se sont retrouvés, pour deux jours, sur les bancs de l’Ecole Audencia à Nantes.

Aujourd’hui, explique en introduction le philosophe Patrick Viveret, nous arrivons à la fin d’un cycle : celui du salut par une économie détachée de tout questionnement éthique. Constat d’échec, qui nous invite à revisiter des concepts dévoyés comme ceux d’utilité économique ou de bénéfice. Car l’économie est bien une science morale, qui doit remettre au centre la question de l’homme et celle du vivre-ensemble. Il en va de la survie même de notre humanité.

Colossal défi donc, et vibrante invitation à l’audace et la créativité au cœur même de l’entreprise.
Lire la suite

France Télécom-Orange renforce sa gouvernance en matière de RSE et publie un magazine dédié en complément de son rapport RSE 2010

D’après veille RH

France Télécom-Orange vient de publier son Rapport de Responsabilité Sociale d’Entreprise (RSE) 2010 dans lequel le Groupe décrit comment, en tant qu’acteur majeur du monde numérique, il veille à ce que chacune de ses parties prenantes puisse tirer bénéfice de son développement, dans un contexte marqué par l’explosion des usages des technologies de l’information.

Le Groupe a souhaité rendre compte plus largement de son action tant en interne qu’en externe et a ainsi choisi de compléter son rapport de responsabilité sociale d’entreprise destiné aux spécialistes, par un magazine annuel  intitulé « initiatives » reprenant ses engagements en matière de RSE, les principales actions de l’année 2010 ainsi que des reportages terrain au plus près de ses parties prenantes locales. Lire la suite

Partez vite en vacances avant qu’il ne soit trop tard !

D’après Rachida Boughriet (ActuEnvironnement)

Pollutions en mer Méditerranée : Déchets plastiques et médicamenteux, urbanisation, pollutions agricoles et rejets d’hydrocarbures sont autant de sources de pollutions qui s’accroissent, alerte un rapport parlementaire qui fait 10 propositions pour enrayer la tendance d’ici 2030.

 »La Méditerranée est dans une situation préoccupante. La communauté internationale doit réagir » pour enrayer la pollution sur tout le bassin à l’horizon 2030, a déclaré le sénateur PS de l’Aude Roland Courteau, en présentant mercredi 22 juin un rapport sur le sujet à la demande de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et techniques (OPECST). Pendant 18 mois, le rapporteur a auditionné deux cents scientifiques français et étrangers et visité plusieurs pays riverains du bassin (Grèce,Turquie, Malte, Tunisie, Libye..). La mer Méditerranée est  »un réservoir en matière de biodiversité » qui abrite 7 à 8 % des espèces marines connues (12.000 espèces) pour  »seulement 0,3% du volume des eaux » de la planète, a rappelé le rapporteur.

Mais de fortes pressions environnementales continuent de peser sur la Méditerranée qui fait face à plusieurs sources de pollution qui s’accroissent. Or cette mer  »semi-fermée met un siècle à se renouveler » et  »concentre ces polluants », a alerté devant la presse Roland Courteau. Des polluants qui  »s’attaquent aux biotopes » et continuent de proliférer surtout dans les rives sud. D’autant que ‘‘plus de 80 % de la pollution maritime en Méditerranée provient des terres ». Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :