L’Entreprise de demain, un modèle alternatif.


D’après RSEpro

Contrairement à la vision de Milton Friedman sur l’entreprise, il existe d’autres notions, d’autres approches qui tentent d’intégrer les dimensions économiques, sociales et éthiques.

La définition de l’entreprise actuelle

Une entreprise est un groupe de personnes qui travaillent ensemble pour offrir des biens et services qui sont utiles à des clients. C’est une création de valeur économique dans un processus, tout en favorisant le développement des personnes qui y travaillent, et en respectant les lois et l’environnement (social / économique / environnemental). Pour survivre, l’entreprise doit réaliser un profit et être aussi efficace que possible, oui. Mais l’objectif financier n’est qu’une condition nécessaire, parmi d’autres missions de l’entreprise (Rosanas 2008). Ces missions comprennent le service rendu aux clients, le développement de l’emploi en aidant les salariés à accomplir la mission de l’entreprise. Plus l’entreprise atteint cet objectif, mieux elle sera placée pour accomplir ses missions à long terme.

L’économie ne fait pas tout, les autres objectifs de l’entreprise

Cette vision reconnaît l’entreprise comme un groupe de personnes dont les efforts sont dirigés vers un but qui les unit temporairement. Cette vision veut aussi montrer que le travail dans les entreprises se déroule dans un contexte plus large, celui de la société humaine. En tant que groupe au sein de la société humaine, l’entreprise doit contribuer au bien commun de l’environnement auquel elle appartient. Naturellement, l’entreprise y parvient à sa manière : les marchandises et les services produits sont générateurs de valeur économique… mais le but de l’entreprise, dans cette vision éthique qui se développe, n’est pas (plus) simplement de faire du profit, mais bien de faire grandir et se développer une entreprise en tant que groupe humain.

L’entreprise doit être efficace, car si l’efficacité économique ne fait pas partie de sa mission dans la société, elle ne serait pas une entreprise mais une ONG. Outre l’entreprise, d’autres types d’organisations s’appuient sur le travail, répondent à certains besoins et fournissent un service à la société. Ces organisations se distinguent de l’entreprise car cette dernière fournit des biens et des services de manière efficace et crée de la valeur économique. Mais l’efficacité économique n’est qu’une partie de sa mission, une condition nécessaire mais non suffisante pour sa survie à long terme en tant que groupe de personnes avec une mission spécifique.

La nécessaire intégration de critères extra-financiers

Une société dont le seul but est de maximiser ses profits ou la valeur marchande ne peut intéresser que de quelques gestionnaires et des autres professionnels. La crise guette une entreprise qui ne respecte pas l’un de ses objectifs d’efficacité économique à court terme. Mais la crise peut aussi se produire si l’entreprise néglige d’inscrire ses produits et ses services dans son environnement, ou ne parvient pas à développer autour d’elle un groupe de personnes engagées, cultiver de bonnes relations avec la communauté dans laquelle elle opère. Les récentes crises rencontrées par les entreprises mondiales telles que AIG ou RBS sont des rappels que structurellement, certaines entreprises sont faibles, si l’on fait abstraction de critères purement financiers.

L’éthique : Une condition nécessaire pour la survie à long terme

La légitimité sociale de l’entreprise dans les années qui viennent et l’efficacité avec laquelle elle remplira son objectif dépendra en grande partie sur son processus d’institutionnalisation. En effet, l’entreprise de demain devra savoir se transformer, passer d’un mécanisme économique efficace à une institution respectée, fondée aussi sur des valeurs éthiques, enracinée dans son environnement, tendant la main à la société.

Le modèle de l’entreprise de demain devra donc reprendre les éléments de base suivants :

  • L’entreprise est un groupe de personnes qui collaborent librement
  • L’objectif moteur est la satisfaction des clients et la service à la clientèle
  • L’efficacité économique des activités commerciales, y compris la rentabilité, le développement professionnel des employés grâce au travail, est au coeur des missions
  • L’entreprise contribue à la société, mais peut aller plus loin, selon les circonstances, pour avoir un engagement encore plus éthique

Pour qu’une entreprise se développe et survive dans le long terme, elle doit mesurer son succès sous une forme différente de ce qui est le cas actuellement. Un test à un seul facteur tel que les bénéfices réalisés, ne suffira pas. Un ensemble varié d’indicateurs est nécessaire, des aspects économiques, commerciaux, des facteurs technologiques et humains. On voit là la montée des agences de notation extra financière.

Cette vision de l’entreprise de demain peut faire peur. Au moins l’approche économique seule apporte une réponse claire : l’objectif est de maximiser les profits. Il s’agit d’une définition simple, même si en soi, elle n’est pas très opérationnelle. Avoir des indicateurs multiples pour une entreprise est plus complexe, mais cela permet de fournir une vision plus complète et détaillée de sa situation, les risques et les menaces qui pèsent sur sa survie à long terme et son potentiel pour l’avenir.

Publié la première fois sur le site RSEpro

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :