Je suis un financier « citoyen » !


Par Soraya Haquani (Agefi)

Les cadres s’engagent pour diverses causes, soutenus par des entreprises soucieuses de montrer la dimension concrète de leur responsabilité sociale.

J’accompagne maintenant mon septième ‘filleul’. Les six personnes – autant d’hommes que de femmes – que j’ai parrainées depuis septembre 2009 venaient de différentes formations et étaient âgées de moins de 30 ans. Aujourd’hui, tous ont trouvé un emploi. » Contrairement à ce que peuvent laisser penser ses propos, Pierre-Jean Baumont, salarié de Société Générale, n’exerce pas dans les ressources humaines, mais au sein de la gestion des risques de la banque d’investissement. Depuis deux ans, ce quadragénaire est « parrain » dans le cadre du partenariat signé en 2008 par la banque de La Défense avec l’association « Nos quartiers ont des talents », qui vise à aider les jeunes diplômés issus de quartiers populaires à trouver un emploi. Plusieurs banques ( BNP Paribas, BPCE, la Caisse des dépôts…) sont membres de l’association. Avec 260 salariés bénévoles en Ile-de-France et dans la région lyonnaise, Société Générale est celle qui compte le plus de « parrains » et « marraines ». Ce sont des cadres de tous les métiers, « avec en moyenne une expérience professionnelle de vingt ans. Attention, ils ne sont pas recruteurs pour leurs entreprises, ils sont là pour apporter un soutien », avertit Kadi James, directrice générale adjointe de l’association. « Aujourd’hui, j’interviens auprès d’une femme qui a fait des études en sciences du langage avant d’enchaîner des stages », raconte Pierre-Jean Baumont, qui consacre une heure par mois à un échange de visu avec sa « filleule » et correspond aussi avec elle par e-mail. Elle avait du mal à ‘vendre’ son CV. Après avoir parlé avec elle, je l’ai encouragée à postuler auprès de cabinets de conseil car ses compétences peuvent correspondre à ce type d’activité. »

Afin de répondre aux aspirations de leurs salariés et montrer aux talents qu’elles veulent attirer que leur ancrage « sociétal » est bien réel (lire l’entretien), les entreprises du monde de la finance ont créé un cadre pour leurs collaborateurs « engagés ». L’objectif est de leur permettre de mener leurs actions sociales ou humanitaires dans les meilleures conditions.

Accompagnement

D’après une récente enquête de l’association IMS-Entreprendre pour la Cité, les salariés de grandes entreprises ont identifié le manque de temps comme principal frein au bénévolat. Or avec des dispositifs dédiés (partenariats, catalogues de missions, espaces web…), ce frein disparaît, comme en témoigne Arnaud Vidal, 32 ans, consultant en systèmes d’information dans la banque-assurance chez Accenture, qui a installé l’an dernier un nouvel outil informatique au sein de la Fondation Abbé-Pierre : « On se dit souvent qu’aider une association est une démarche compliquée, qui prend du temps. Le fait de pouvoir le faire grâce à son entreprise est un grand avantage, cela facilite nettement les choses. » « Lorsque je rencontre mes ‘filleuls’, je les reçois dans une salle de réunion de mes bureaux situés à La Défense, souligne Pierre-Jean Baumont. Cela me permet de gagner du temps et d’insérer facilement ces rendez-vous dans mon agenda. »

« Certains collaborateurs s’intéressent aux actions citoyennes mais ne se sont pas encore investis, explique Cécile Jouenne-Lanne, responsable des programmes citoyens chez Société Générale (fonction créée en 2010). Nous sommes là pour leur donner envie d’agir s’ils le souhaitent. Pour les convaincre, nous leur proposons de les accompagner dans le cadre des programmes citoyens. Je crois à la contagion positive sur ces sujets ! » Ainsi, BNP Paribas, partenaire de « Nos quartiers ont des talents » depuis 2009, a aussi des « parrains » et « marraines » : 112 sur le territoire national, dont 105 en Ile-de-France. « Chacun en est à son deuxième, voire troisième ‘filleul’, relève Elisabeth Karako, responsable diversité du groupe. Nos enquêtes internes montrent que nos collaborateurs éprouvent le besoin de s’engager dans des actions citoyennes, ils veulent donner du sens à leur quotidien. » C’est le cas de Sophie Delmas, responsable de projet web au sein du département RH du groupe BNP Paribas, qui a été « marraine » successivement d’un jeune homme puis d’une jeune femme de fin 2009 à début 2011. Le premier a trouvé un CDD tandis que la seconde a décroché un CDI : « Après les avoir rencontrés, j’ai réalisé qu’ils avaient du mal à se valoriser, à mettre en avant leurs expériences professionnelles et qu’ils avaient perdu confiance en eux. Nos échanges informels et le travail sur leurs CV, lettres de motivation et entretiens d’embauche ont permis d’accélérer les choses. Le fait qu’un salarié d’une grande entreprise les aide a aussi son importance. »

C’est dans le même esprit que Deloitte a mis en place en 2010 un jumelage d’une durée de cinq ans avec le lycée Jean-Jacques Rousseau de Sarcelles (Seine-Saint-Denis). Plusieurs fois dans l’année, une centaine de collaborateurs du groupe d’audit vont à la rencontre des lycéens pour effectuer des simulations d’entretien, des recherches de stage, des tests de personnalité, d’anglais… « Et des groupes de lycéens viennent régulièrement dans nos bureaux afin que nous leur présentions nos métiers, complète Guilène Bertin-Perri, directrice et secrétaire générale de la fondation Deloitte depuis 2008. Nous voulons être des facilitateurs pour nos salariés en leur permettant de mener des actions sur leur temps et leur lieu de travail. »

Effet positif

Il n’est pas néc essaire d’afficher de longues années d’expérience pour participer aux opérations de la fondation. En 2009, Alexis Jasmin, 25 ans, auditeur senior, a juste attendu la fin de sa période d’ essai pour proposer ses services à l’organisme. « L’éducation est un thème qui m’est cher et comme mes années d’étudiant ne sont pas trop lointaines, je pensais être utile en intervenant auprès de lycéens ou étudiants issus de zones sensibles, dit le jeune homme, accompagnateur depuis deux ans d’un jeune du lycée Michelet à Vanves (Hauts-de-Seine). Il est boursier et a intégré une classe préparatoire HEC après un bac en sciences et technologies de la gestion, ce qui n’est pas le cursus le plus classique. » L’idée est d’être un tuteur privilégié : « On se voit et on s’appelle pour faire le point, parler de l’avenir scolaire après le lycée, aider à rester motivé car être en ‘prépa’ n’est pas toujours facile. » En cette fin d’année scolaire, le jeune tuteur est soulagé : « Je viens d’apprendre ses résultats qui sont très bons ! Il a été admis dans plusieurs écoles de commerce comme l’ESCP. Cela fait plaisir de penser que l’on a un peu contribué à cette réussite, je suis assez fier. » Certaines entreprises poussent leurs salariés à s’investir. Chez HSBC France qui travaille avec 70 associations sur les thèmes de l’environnement et de l’éducation, les managers sont encouragés à s’investir dans du bénévolat avec leurs équipes pour du teambuilding (séminaires de cohésion). « Au début, il y avait une certaine incompréhension. Puis ils ont constaté l’effet très positif de ces initiatives sur leurs collègues et ont été convaincus, raconte Marine de Bazelaire, directrice du développement durable chez HSBC France. Depuis le début de l’année 2011, 25 managers nous ont passé commande d’actions de mécénat sur mesure pour leurs équipes. » La banque réfléchit même à l’idée d’inclure l’engagement de ses salariés dans ses grilles d’évaluation. « Car leurs actions peuvent leur permettre d’acquérir et de développer des compétences, c’est une piste de réflexion », déclare Marine de Bazelaire. Un dossier à suivre, donc

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :