Les dépenses fiscales en faveur de l’environnement seraient économiquement peu efficientes

Par Laurent Radisson (Actu-Environnement)

Le 29 août, le Gouvernement rendait public le rapport commandé à l’Inspection des finances sur le bilan coût/efficacité des niches fiscales. Un verdict pas très clément pour les dispositifs étudiés en faveur de l’environnement.

Parmi les 538 mesures dérogatoires fiscales et sociales, représentant près de 104 milliards d’euros, que l’Inspection des finances a passé au crible dans son rapport, penchons-nous sur les évaluations approfondies du crédit d’impôt développement durable et des dépenses fiscales liées à la consommation d’énergies fossiles.

Même si les deux dispositifs reçoivent une note sévère les classant dans la catégorie des mesures « non efficientes », le rapport fait malgré tout ressortir certaines contributions positives.

Un crédit d’impôt développement durable trop coûteux Lire la suite

« Sauvetage » de la Grèce : de moins en moins assuré

D’après Tan Le Quang (Agefi)

La situation devient de plus en plus inquiétante pour la Grèce. Alors que le retard pris dans la mise en place de l’ EFSF a récemment contraint le ministre des Finances grec à rassurer les marchés sur le versement de la tranche d’aide à Athènes et sur la couverture de ses besoins de financement le mois prochain, l’opération d’échange de dette qui constitue le deuxième volet du plan, devient un défi plus difficile à relever. De fait, un porte-parole de l’IIF, le lobby du secteur bancaire, a déclaré jeudi soir que 60% à 70% des investisseurs privés avaient exprimé à ce jour leur intention de participer au plan d’échange de dette. De son côté, l’agence Reuters, qui a relayé une source proche de la transaction, a rapporté que seulement la moitié des banques sollicitées avait répondu présent à l’appel.

Le gouvernement grec a donc dû durcir le ton en prévenant, par courrier, les ministres des Finances de 57 pays que la condition d’un taux de participation de 90% des titres de dette détenus par les investisseurs privés était désormais obligatoire, et qu’en dessous le plan devenait caduc. Celle-ci s’applique aux détenteurs d’obligations grecques arrivant à échéance d’ici 2014 ou 2020. La Grèce a également demandé auprès des ministres des finances étrangers de l’aider à évaluer les détentions dans le monde de dette grecque et d’obtenir des détails sur leurs détenteurs. Lire la suite

Biocarburants : la promesse des algues

D’après « Energies Renouvelables »

Avec un rendement surfacique bien supérieur aux cultures traditionnelles et un carburant liquide à haute densité énergétique facilement substituable aux carburants pétroliers, les biocarburants algaux offrent de sérieux atouts.
Depuis près de cinq ans, ils connaissent une croissance fulgurante. Plusieurs indicateurs en attestent : le nombre d’entreprises impliquées dans leur développement a été multiplié par plus de trois depuis 2005, les rapprochements entre sociétés sont nombreux et les dépôts de brevets foisonnent. Pourtant, tous les pays ne sont pas engagés dans la course avec le même dynamisme. 

Baromètre des biocarburants
En 2010, dans les pays de l’Union européenne, la croissance de la consommation de bioéthanol carburant a été plus dynamique que la consommation de biodiesel : + 26,1 % contre + 11,1 %. Toutes filières confondues, la consommation de biocarburants est en hausse de 13,6 %.

Lire la suite

Le réseau électrique français va-t-il exploser ?

Par Guillaume David, Président de Solstyce

À en croire les gestionnaires de réseau français, ErDF ou RTE, la réponse est oui. Principale cause selon eux ? Le développement des énergies renouvelables, dites intermittentes, comme le photovoltaïque ou l’éolien, serait de nature à créer des coupures du réseau voire des « black out complets » en cas de production supérieure aux prévisions (Michelle Bellon, Présidente d’ErDF, article du Monde du 26 juin 2010).

Alors, faut-il stopper le développement des énergies alternatives pour protéger le réseau ? Naturellement non. Le réseau électrique français va vivre, sur les 30 années à venir, une véritable révolution, et le développement des énergies renouvelables n’en est qu’un signe tangible.

Une évolution inexorable du mix énergétique français Lire la suite

La Chine double ses objectifs solaires : 10 GW pour 2015

Par   (Green Univers)

Le marché solaire mondial affiche déjà de belles perspectives, il va recevoir un nouveau coup de fouet : la Chine a adopté début août son tout premier tarif national d’achat de l’électricité solaire et doublé ses ambitions d’installations photovoltaïques pour 2015.

L’énergie éolienne va tripler en Europe d’ici 2020

Par Enerzine

L’association européenne de l’énergie éolienne (EWEA) a dévoilé début août différents scénarios concernant le déploiement de l’énergie éolienne dans l’Union Européenne, avant la publication prochaine de la Feuille de route 2050 de la Commission européenne de l’énergie.

« Avec 194 milliards d’euros investis en Europe dans les parcs éoliens durant cette décennie, la puissance électrique délivrée par l’énergie éolienne fera plus que tripler en 2020« , a déclaré Justin Wilkes, directeur de l’EWEA. « Ce succès est principalement dû à un cadre communautaire réglementaire solide à l’horizon 2020, un cadre dont nous aurons aussi besoin après 2020« .

« L’énergie éolienne aura certes apporté une contribution très importante au respect de l’engagement européen à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Il permet surtout d’accélérer l’abandon des combustibles fossiles (coûteux), de créer des emplois, de rendre l’Europe plus compétitive, et de fournir une production d’énergie sûre et renouvelable en Europe« , a t’il ajouté. Lire la suite

COMMENT ÊTRE DE PLUS EN PLUS IRRESPONSABLE EN ÉTANT DE PLUS EN PLUS RESPONSABLE ?,

Par William Bourdon et Yann Queinnec

La nouvelle doxa des agents du marché est maintenant bien connue.

Elle se décline en mille liturgies à travers le monde pour nous convaincre – c’est-à-dire nous les consommateurs mais aussi les actionnaires, les fonds de pension, les décideurs – que l’avenir de l’humanité sera d’autant mieux assuré que confiance sera faite aux agents économiques. Les partenariats avec les ONG se multiplient avec les risques qu’ils comportent. Dans bien des cas, la précarité de certains acteurs de la société civile les conduit à accepter parfois naïvement une forme de privatisation rampante qui, à terme, peut fabriquer de façon occulte des formes d’autocensure. Cette privatisation de la société civile fait d’ailleurs écho à une privatisation de l’espace public, qui rappelle elle-même la marchandisation du monde.

Sont recrutées dans la société civile des têtes bien pensantes ; on profite de leur lassitude et de leur précarité pour les recycler et en faire des agents du développement durable qui, en croisant leurs anciens camarades de lutte, leur donnent envie de rejoindre cette panacée. La nouvelle religion planétaire est fondée sur un paradigme : la liberté d’entreprendre suppose le moins de normes possible, et celles-ci doivent être décidées en concertation avec les agents du marché. Ceux-ci seront d’autant plus invités à respecter ces nouveaux engagements qu’ils ne seront que volontaires, adossés aux codes de bonne conduite, aux chartes anti-corruption, etc. Toute cette nouvelle littérature humaniste qui nourrit les sites internet des fleurons du CAC 40 et des autres grandes bourses mondiales.

Co-responsables donc, les agents du marché, mais en même temps de plus en plus irresponsables. Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :