..Le « Made in China » dans une impasse?


Par  Li Li (Aujourd’hui la Chine).

Les PME chinoises vivent actuellement la pire période qu’elles ont jamais vécue depuis 2008. Ces piliers de « l’usine du monde » doivent faire face à une vague de faillites.

Ce mercredi 13 juillet 2011, lorsque 470 employés du groupe Suyi, à Dongguan (Guangdong), se rendent sur leur lieu de travail, ils ne savent pas que ce qui les attend : une notice du tribunal leur annonçant la faillite de leur entreprise de fabrication de jouets, qui vend la plupart de ses produits en Occident.

Un mois plus tôt, en juin, une autre grande entreprise de textile de Dongguan a baissé le rideau, laissant 2000 employés au chômage.

Selon une enquête du 19 juillet du Journal de Canton, la vague de faillites frappe pratiquement tous les métiers manufacturiers de cette région, véritable cœur de « l’usine du monde ». Les secteurs de la fabrication de jouets, de l’industrie textile et des câbles électriques sont les plus touchés.

« Depuis mai, nous nous sentons vraiment en grande difficulté », a déclaré Chen Yaohua, chef de l’Association de l’industrie textile de Dongguan, selon le Nanfang Zhoumo. « Nous ne prévoyons pas plus de 10% de fermetures d’entreprises, mais c’est déjà beaucoup », a-t-il ajouté.

Entre-temps, l’autre bassin industriel moteur du « Made in China » – le triangle de Shanghai- est lui aussi dans une période amère. Rien qu’en avril, trois grandes entreprises manufacturières ont annoncé leur faillite.

Pire : un quart des entreprises d’exportation basées à Wenzhou sont en déficit, et seulement 30% font encore des bénéfices, selon une enquête de la commission économique de Wenzhou.

Lâchées par les banques

Selon un rapport de l’Association des industries et du commerce de Chine, plus de 90% des entreprises interrogées ont des difficultés à obtenir des prêts auprès des banques.

« Ce n’est déjà pas mal si une petite entreprise arrive à décrocher un prêt de 2-3% d’intérêt mensuel, et parfois le taux s’élève jusqu’à 5% », précise un chercheur de l’association au magazine Caijing. « Prêter de l’argent ou pas ? Dans les deux cas, cela pose des difficultés ».

« En 2008, même s’il y avait moins de commandes de l’étranger, avec les soutiens des banques, les entreprises avaient quand même confiance. Maintenant, non seulement les commandes de l’étranger ne sont toujours pas revenues, mais en plus les banques ne sont plus là », explique-t-il.

« Il faut que les PME chinoises changent leur modèle économique et s’adaptent à la nouvelle situation mondiale. Mais sans argent, elles ne peuvent même pas vivre. Comment peuvent-elles se développer ? », commente le journal Nanfang Zhoumo.

Faiblesses fatales

Outre les difficultés de financement et l’augmentation du prix des matières premières, celle du coût de la main d’œuvre et la réévaluation de yuan pèsent également sur le coût de production, qui a augmenté en moyenne de 11,4% sur les six premiers mois de 2010, selon Caijing.

Certaines entreprises gagnent donc plus d’argent en revendant des matières premières qu’en vendant leurs propres produits, selon le rapport de l’Association des industries et du commerce.

Mais en même temps, il est difficile pour des PME d’augmenter leurs prix de vente, en raison de la forte concurrence du marché international. Cette année, les PME chinoises n’ont donc fait en moyenne qu’entre 2% et 3% de profit.

Retombées dans les mêmes pièges qu’en 2008 ?

Une autre vague de faillites des PME était apparue pendant la crise économique mondiale en 2008. Rien qu’à Canton, plus de 15 000 avaient mis la clef sous la porte.

Aujourd’hui, certains spécialistes prévoient une situation encore plus difficile qu’à cette période. « En 2008, même si l’environnement international n’était pas bon pour le business, l’ambiance à l’intérieur du pays était encore bonne. Maintenant ni l’un ni l’autre ne nous permet de faire des bénéfices », a expliqué Ding Li, chef du département des recherches de l’Académie de Canton, au Nanfang Zhoumo.

Le rapport de l’Association des industries et du commerce de Chine a été remis au gouvernement. Il prévoit un futur encore plus difficile pour les PME chinoises pour la deuxième moitié de l’année.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :