Géothermie : quand les fondations des bâtiments deviennent thermo-actives


par Elsa Sidawy | Cleantech Republic

Quel est le point commun entre l’aéroport de Zurich et l’immeuble résidentiel à énergie positive flambant neuf de Gif-sur-Yvette ? Ces mastodontes de béton cachent dans leur sous-sol des fondations thermo-actives. L’idée de ce procédé géothermique innovant ? Intégrer des sondes géothermiques à la structure des bâtiments et les relier au système de chauffage et de climatisation. Ecome Ingéniérie, bureau d’études spécialisé dans la conception de solutions thermiques pour les bâtiments, a importé le procédé en France en créant Ecome Géothermie-Professionnelle, sa filiale dédiée. 

Des tubes intégrés aux fondations des bâtiments 

Dans un système de géothermie, l’échange de chaleur se fait soit sur dalle, soit via un pompage en profondeur. Cette deuxième solution permet d’« emprunter » au sol davantage de calories. Elle nécessite cependant des forages invasifs et coûteux. Ecome Géothermie-Professionnelle propose de se passer de cette étape dispendieuse, en intégrant aux pieux ou aux parois moulées utilisés pour stabiliser les constructions sur des terrains instables, des tubes permettant de capter l’énergie du sous-sol directement à partir des structures du bâtiment. « Les fondations thermo-actives s’apparentent à un système de géothermie en boucle fermée, sans le coût des forages », résume Jean-Baptiste Bernard, Gérant d’Ecome Géothermie-Professionnelle. Intégrés en temps masqué pendant la durée du chantier, ces tuyaux en plastique (polyéthylène haute densité ou polyéthylène réticulé) auraient une durée de vie quasi illimitée, et ne nécessitent aucune maintenance. Seul hic : le surcoût inévitable à l’installation, cependant vite compensé par l’absence de forage dédié. Ainsi, au regard de chantiers géothermiques classiques, l’économie réalisée peut grimper jusqu’à 40 %.

corps_ecome-geothermie_110823  

Si le procédé séduit les particuliers dans d’autres pays, en France, Ecome Géothermie-Professionnelle semble pour l’instant viser les grands acteurs de la construction. A Neuilly, un projet pilote vise à équiper le radier (dalle basse) d’un parking Vinci Park pour chauffer et refroidir des locaux d’accueil. A Gif-sur-Yvette, c’est un bâtiment à énergie positive d’une vingtaine de logements qui a été doté du système pour chauffer l’ensemble des logements. « Sur des bâtiments passifs déjà bien isolés, on arrive à couvrir la totalité des besoins du bâtiment en chauffage ». Un argument qui devrait faire mouche auprès des maîtres d’ouvrage puisqu’en 2020, les bâtiments à énergie positive devront être la norme.Innovant en France, le procédé est pourtant éprouvé dans d’autres pays, comme l’Autriche, d’où il est originaire. Ecome Géothermie-Professionnelle s’est d’ailleurs associée avec Enercret, pionnière autrichienne de la technique des fondations thermo-actives depuis 30 ans, afin d’obtenir la licence exclusive pour la France. Enercret essaime ses bons tuyaux en Suisse, en Allemagne et jusqu’en Chine où elle a récemment ouvert un bureau. Pourquoi la France accuse-t-elle un tel retard ? En partie en cause, le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) qui n’a pas encore délivré l’avis technique, rendant l’utilisation des fondations thermo-actives encore délicate pour les maîtres d’ouvrage. « Le processus de validation rassure, mais constitue un frein au développement des nouvelles techniques », regrette Jean-Baptiste Bernard. L’institution est donc encore aujourd’hui la seule à pouvoir souffler le froid et le chaud sur les procédés constructifs innovants

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :