Le taux de taxes sur les PME est de 65% en France !


D’après PWC

Le cabinet de conseil PWC vient de publier, en collaboration avec la Banque Mondiale, une étude instructive mesurant le niveau des taxes pesant sur les entreprises moyennes, et les tracasseries administratives liées à leur paiement. Pour cela, trois indicateurs ont été utilisés : le taux de taxes total, le temps nécessaire pour s’en acquitter, et le nombre de paiements différents nécessaires. En règle générale, les pays les plus riches sont ceux où les taxes pesant sur les entreprises sont les plus faibles, et où la bureaucratie se fait le moins ressentir, notamment grâce la « numérisation » avancée des échanges entre les entreprises et les administrations.

Pour mesurer le taux de taxes total, les experts de PWC ont calculé l’ensemble des prélèvements obligatoires qui impactent une entreprise « standard » de 60 employés au cours d’une année donnée. Autrement dit, les chiffres avancés concernent davantage les PME, qui concentrent la majorité des emplois en France, que les grandes entreprises tant décriées.

A travers la comparaison européenne ci-dessous, vous pouvez voir que la France a le second taux de taxes le plus élevé, juste après l’Italie. Avec un taux de taxes de 65,8%, la France fait peser sur ses petites et moyennes entreprises un fardeau fiscal nettement supérieur à la moyenne européenne (44,2%) et à la moyenne mondiale (47,8%). Par ailleurs, on peut noter également le caractère atypique des prélèvements, puisque la France est le pays de l’UE qui taxe le plus le travail, et l’un de ceux qui taxent le moins les profits.

Publicités

Une Réponse

  1. PROPOSITION DE PRINCIPE D’HARMONISATION FISCALE EN EUROPE

    Si tout est bien compté dans cette évaluation, voilà un argument de poids pour faire basculer une part des prélèvements sur l’entreprise vers le citoyen en France (à état-constant, coûts propres+redistribution).

    Comme principe d’harmonisation fiscale en Europe, ne pourrait-on pas gérer, par décision du parlement Européen, la répartition des prélèvements entre entreprise (Tous les prélèvements) et citoyen (IR+TVA) de façon à tendre vers un équilibre des échanges pour chaque pays? Si l’Allemagne exporte plus que les autres, alors on lui impose de charger un peu plus les entreprises et un peu moins les citoyens. Si la France importe plus, on lui impose de charger un peu moins l’entreprise et un peu plus le citoyen. Ce principe préserve à chaque pays sa souveraineté d’organisation de sa protection sociale.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :