La crise à venir des produits financiers dérivés pourrait détruire le système financier mondial entier


D’après Michael Snyder (traduction A. Loréal)

La plupart des gens ne se rendent pas compte que Wall Street est devenu un gigantesque casino financier. Les grandes banques de Wall Street font des dizaines de milliards de dollars par an dans le marché des produits dérivés, et personne dans la communauté financière ne souhaite  la fin de la partie.

Le mot «dérivés» semble compliqué et technique, mais le comprendre n’est vraiment pas difficile. Un dérivé est essentiellement une façon élégante de dire qu’un pari a été fait.

A l’origine, ces paris ont été conçus pour couvrir le risque, mais aujourd’hui le marché des dérivés a explosé dans une montagne de spéculations qui ne ressemble à rien que le monde ait jamais vu. Les estimations de la valeur notionnelle des dérivés sur le marché mondial est passée de 600 milliards de dollars  à 1,5 billions. Gardez à l’esprit que le PIB de l’ensemble du monde est seulement quelque part dans le voisinage de 65 billions de dollars. Le danger pour le système financier mondial posé par les dérivés est si grand que Warren Buffet les a appelé les «armes financières de destruction massive» .

Pour l’instant, les pouvoirs financiers essayent de conserver le fonctionnement du casino, mais il est inévitable qu’à un certain point toute cette pagaille va s’écrouler. Lorsque se sera le cas, nous allons être confrontés à une crise des dérivés qui  peut vraiment détruire l’ensemble du système financier mondial.

La plupart des gens et les médias ne parlent pas beaucoup de produits dérivés, car ils n’ont tout simplement pas l’information suffisante pour les comprendre.

Peut-être que quelques définitions seraient utiles.

Voici comment un récent article de Bloomberg défini les dérivés ….

Les dérivés sont des instruments financiers utilisés pour couvrir les risques liés à la spéculation. Ils concerne des actions , des obligations, des prêts, devises et matières premières, ou liés à des événements spécifiques tels que des changements dans la météo ou des taux d’intérêt.

Le mot clé est la «spéculation». Aujourd’hui les gens  à Wall Street spéculent sur à peu près tout ce que vous pouvez imaginer.

Voici comment Investopedia définit les dérivés ….

Un titre dont le prix est dépendant ou dérivé d’un ou plusieurs actifs sous-jacents. Le dérivé lui-même est simplement un contrat entre deux parties ou plus. Sa valeur est déterminée par les fluctuations de l’actif sous-jacent. Les actifs les plus communs sous-jacents incluent les actions, obligations, matières premières, devises, taux d’intérêt et indices boursiers. La plupart des dérivés sont caractérisés par un effet de levier élevé.

Un dérivé n’a aucune valeur sous-jacente en propre. Un dérivé est essentiellement un pari . Habituellement, ces paris latéraux sont construit à partir d’un  fort endettement.

À ce stade, faire des paris secondaires est totalement hors de contrôle dans le monde financier. Les paris sont faits sur à peu près tout ce que vous pouvez imaginer, et les grandes banques de Wall Street font une tonne d’argent à partir de celà. Ce système est presque entièrement non-réglementée et il est totalement dominé par les grandes banques internationales.

Au cours des deux dernières décennies, le marché des dérivés a été considérablement multiplié . Tout va bien tant que le système reste en équilibre. Mais une fois qu’il est hors équilibre,  nous pourrions assister à une chaîne de krachs financiers qu’aucun gouvernement au monde ne sera capable de corriger.

Le montant d’argent dont nous parlons est absolument stupéfiant.  Graham Summers de Phoenix Capital Research estime que la valeur notionnelle des dérivés sur le marché mondial est de 1,4 $ trillions, et dans un article pour Seeking Alpha, il a essayé de mettre ce chiffre en perspective .. ..

Si vous additionnez la valeur de chaque action sur la planète, la capitalisation boursière entière serait d’environ 36 $ milliards de dollars. Si vous utilisez le même processus pour les obligations, vous obtiendrez une capitalisation boursière d’environ $ 72000000000000.

La valeur notionnelle des dérivés sur le marché est d’environ $ 1,4 billions.

Je suis conscient que ce chiffre sonne comme quelque chose hors de compréhension, donc je vais essayer de le mettre en perspective.

1;4 Quadrillion c’ est à peu près:

-40 fois la valeur des BOURSES DU MONDE.

-10 Fois la valeur de chaque action et chaque lien sur la planète.

-23 Fois le PIB mondial.

Il est difficile de se représenter combien d’argent est un quadrillion.

Si vous avez commencé le comptage dès maintenant à un dollar par seconde, ça vous  prendrait 32 millions d’années pour compter jusqu’à un quadrillions de dollars.

Dans un excellent article qu’il a fait sur ​​les dérivés, Webster Tarpley  a décrit le rôle central que les produits dérivés jouent désormais dans le système financier mondial ….

Loin d’être une activité marginale ou ésotériques, des instruments financiers dérivés en sont venus à représenter l’activité principale de l’oligarchie financière de Wall Street, la City de Londres, Francfort, et les centres de l’argent d’autres. Un effort concerté a été fait par les politiciens et les médias pour cacher et camoufler le rôle central joué par la spéculation sur les dérivés dans les désastres économiques des dernières années. Les journalistes et le public les public-relations ont fait tout leur possible pour éviter de même mentionner,  les dérivés, inventant des phrases comme « actifs toxiques », « instruments exotiques », et – surtout – « actifs douteux », comme dans Troubled Assets Relief Program ou TARP, alias le monstrueux 800 milliards de dollars de renflouement des spéculateurs de Wall Street qui a été promulguée en Octobre 2008 avec le soutien de Bush, Henry Paulson, John McCain, Sarah Palin, Obama et les démocrates.

La plupart des gens ne réalisent pas cela, mais les dérivés étaient au centre de la crise financière de 2008.

Ils seront presque certainement au centre de la prochaine crise financière.

Pour beaucoup, la sonnette d’alarme a tintée l’autre jour quand il fut révélé que la Bank of America a déplacé une grande partie des produits dérivés de son unité en faillite Merrill Lynch vers sa branche banque de dépot.

Alors qu’est-ce que cela signifie?

Un article posté sur Le Bail quotidien , l’autre jour, a expliqué que cela signifie que les contribuables américains pourrait finir par payer les pots cassés ….

Cela signifie que l’exposition aux dérivés des banques européennes d’investissement est maintenant stoppée par les contribuables américains. Bank of America n’a pas obtenu l’approbation réglementaire pour ce faire, ils ont juste répondu à la demande de contreparties . Maintenant, la Fed et la FDIC se battent pour savoir si cela était sain. La Fed veut «donner du relief » à la société de portefeuille bancaire, qui est sous forte pression.

Ceci est un transfert direct de risque pour le contribuable fait par la banque sans l’approbation par les régulateurs et sans la participation du public.

Alors avez-vous entendu parler  de  ce sujet dans les news ?

Probablement pas.

Aujourd’hui, la valeur notionnelle de l’ensemble des instruments dérivés détenus par Bank of America se monte à environ $ 75000000000000 .

JPMorgan Chase détient des dérivés d’une valeur notionnelle d’environ $ 79000000000000 .

Il est même difficile de concevoir de tels chiffres.

En ce moment, les banques les plus exposés aux dérivés sont JPMorgan Chase, Bank of America, Goldman Sachs, Citigroup, Wells Fargo et HSBC Bank Etats-Unis.

Morgan Stanley a également une‘exposition énorme aux produits dérivés.

Vous avez peut être remarqué que ce sont quelques-unes des banques« too big to fail ».

Les plus grandes banques américaines continuent de croître et elles continuent d’obtenir encore plus de puissance.

Retour en 2002, le top 10 des banques américaines contrôlaient  55 pour cent de tous les actifs bancaires américains. Aujourd’hui, le top 10 des banques américaines  contrôle 77 pour cent de tous les actifs bancaires américains.

Ces banques sont été tellement grandes et si puissantes que si elles se s’effondrent, c’est  notre système financier dans son ensemble qui implose.

On aurait pu penser que nous avions appris notre leçon dès 2008 et aurions  fait quelque chose à ce sujet, mais nous avons laissé les «too big to bail»  devenir plus grandes que jamais.

Et elles  continuent de faire ce qu’elles veulent.

Il ya quelque temps, le New York Times publiait un article intitulé  » Un Secret bancaire : règles de négociation dans les produits dérivés « . Cet article expose le contrôle d’une main de fer que les «too big to fail » exercent sur ​​le commerce des produits dérivés. Il suffit de considérer l’extrait suivant de l’article ….

Le troisième mercredi de chaque mois, les neuf membres d’une élite de la société de Wall Street se rassemblent dans Midtown Manhattan.

Ces hommes partagent un objectif commun: protéger les intérêts des grandes banques dans le vaste marché des produits dérivés, l’un des plus rentables – et controversée – des domaines de la finance. Ils partagent également un secret commun: Les détails de leurs réunions, et même leurs identités, sont strictement confidentielles.

Alors quels établissements sont représentés à ces réunions?

Eh bien, selon le New York Times , les banques suivantes sont concernées: JPMorgan Chase, Goldman Sachs, Morgan Stanley, Bank of America et Citigroup.

Pourquoi ces cinq mêmes noms semblent réapparaissent chaque fois?

Malheureusement, ces cinq banques continuent de  verser de l’argent pour  les campagnes des politiciens qui ont soutenu les sauvetages en 2008 et qu’ils devront renflouer à nouveau quand la   crise financière suivante va frapper.

Ceux qui défendent le négoce fou des dérivés qui se passe aujourd’hui prétendent que Wall Street a pris en compte l’ensemble des risques et ils supposent que les banques d’émission seront  toujours en mesure de couvrir l’ensemble des contrats dérivés qu’ils signent.

Mais cela est une hypothèse erronée. Il suffit de regarder en arrière AIG en 2008. Lorsque le marché du logement s’est effondré AIG était au mauvais bout d’un nombre massif de contrats dérivés et il serait allé imploser  sans le renflouement gigantesques du gouvernement fédéral. Si le sauvetage d’AIG n’avait pas eu lieu, Goldman Sachs et tout un tas d’autres personnes auraient été laissé là avec tout un tas de papier sans valeur.

Il est inévitable que la même chose va se produire à nouveau. Sauf que la prochaine fois ça peut être à une échelle beaucoup plus grande.

Quand « la maison » va « sauter », tout le monde perdra. Les gouvernements du monde pourrait intervenir et tenter de renflouer tout le monde , mais la réalité est que lorsque le marché des dérivés sera totalement effondré il n’y aura pas un gouvernement sur la terre avec assez d’argent pour le remettre de nouveau debout.

Un horrible crise des produits dérivés est à venir.

Ce n’est qu’une question de temps.

Restez attentif à toute mention du mot «produits dérivés» ou le terme de «crise des dérivés » dans les news. Quand la crise des dérivés arrivera , les choses vont commencer à tomber très rapidement.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :