La rentabilité des entreprises françaises au plus bas depuis1985 (article de la Tribune)

REVUE DE PRESSE

La Tribune  

Si les groupes du CAC 40 se portent bien, ce n’est pas le cas pour l’ensemble des entreprises installées en France: leur taux de marge (taux de profit brut) est tombé fin 2011 à son niveau le plus bas depuis 26 ans, selon l’Insee.

par Ivan Best

Quelques extraits :

(…)

Les entreprises françaises (sociétés non financières, pour être précis) ne se portent pas si bien, leur rentabilité se dégrade. Leur taux de marge (excédent brut d’exploitation/valeur ajoutée, correspondant grosso modo à un taux de profit brut avant intérêts et impôts) est tombé à 28,7% au dernier trimestre 2011.

C’est le niveau le plus bas constaté depuis la fin 1985. A l’époque, les sociétés sortaient d’une période de comptes fortement dégradés, sous l’effet du second choc pétrolier : leur taux de marge était tombé à un minimum historique de 22,1% au cours de l’été 1982. Il était remonté progressivement à partir de 1985, grâce au contre-choc pétrolier et à la modération salariale imposée par le gouvernement socialiste à partir de la mi 1982.

(…)

Depuis la fin des années 80, ce taux de marge est, le plus souvent, sensiblement au dessus de 30%. Dans une note parue récemment, l’Institut de l’entreprise souligne la divergence d’évolution entre la rentabilité des entreprises françaises et allemandes. « Sur la période 2000-2008, le taux de marge allemand a progressé pour atteindre 41,7%, tandis que le taux de marge français est demeuré stable à 32,8% » relèvent les experts. Depuis 2008, la rentabilité en France a donc, même sensiblement reculé…  L’Institut de l’entreprise ajoute que « la faiblesse des marges françaises limite le recours à l’autofinancement, et contribue à augmenter la charge financière des entreprises, les rendant par là plus sujettes à un retournement conjoncturel de l’offre de crédit ».

(…)

La dégradation des comptes peut paraître paradoxale, si on la rapproche des super-profits des groupes du CAC 40: certes en baisse, ils ont tout de même atteint 73 milliards d’euros en 2011, soit 3,7% du PIB, et témoignent d’une bonne santé financière de ces entreprises phares de la Bourse. Mais il faut souligner que les grandes entreprises s’en sortent mieux, et que, surtout, il s’agit là, pour l’essentiel -au moins les trois quarts-, de profits réalisés à l’étranger. Ils ne reflètent donc pas l’état des entreprises opérant dans  l’Hexagone. L’excédent brut d’exploitation de toutes les sociétés en activité en France, considérées globalement, s’est établi  à 73 milliards au cours du dernier trimestre 2011, et 293 milliards sur l’ensemble de 2011, selon les calculs des statisticiens de l’Insee.

(…)

Voilà pourquoi François Hollande veut créer une banque publique d’investisement, et baisser le taux d’imposition des profits des PME, dont les comptes sont les plus dégradés, en regard de ceux des grandes entreprises. Celles-ci, au contraire, paieraient plus d’impôt sur leurs bénéfices.

Retrouvez l’article dans sa totalité ici…

Publicités

Revue de web : Netscouade, Harvard Business Review…

La Netscouade s’investit pour le numérique dans la campagne

La Netscouade

Ce mois-ci, La Netscouade participe à plusieurs initiatives qui proposent de faire du numérique et des opportunités qu’il offre à la France un véritable enjeu de la campagne présidentielle. Le QG Numérique, dont l’agence est partenaire, est inauguré aujourd’hui !

(…)

Les fondateurs du QG numérique, le groupe de réflexion Renaissance Numérique, l’association d’entreprises Silicon Sentier, le pôle de compétitivité des services numériques Cap Digital et leurs partenaires—dont La Netscouade—vont, jusqu’au 6 mai décrypter les programmes de campagne et l’actualité numérique, mais aussi publier des études sur le numérique et la campagne présidentielle.

Ouvrir le dialogue avec les politiques sur le terrain numérique

Chaque semaine, acteurs de l’Internet et citoyens seront conviés à repenser un grand sujet à l’aune des mutations et opportunités qu’offre le numérique (croissance et Europe, innovation et éducation ou citoyenneté et services publics) en apportant leurs contributions sur le site http://www.qg-numerique.org, ou le site de débat citoyen Newsring.fr.

Lire la suite

 

En anglais :

A Unified Theory of Social Change

Blog Harvard Business Review (HBR)

Most conversations about changing the world eventually degenerate into despair or, after a hands-in-the-air « well, anyway… » segue, they lapse into a conversation about something more practical or pressing. That’s because most discussions related to big change are about tactics rather than strategy at the scale of the question — and nothing’s more depressing than a tactical discussion when a strategic one is required. It creates the illusion of impossibility; makes us feel like we’re no match for the huge social challenges facing us. We start to doubt that they can actually be overcome…

Lire la suite

 

 

Revue de presse 27/03/2012

Le patron d’Apple voyage discrètement en Chine

Les Échos

 

Tim Cook, le directeur général d’Apple, a été vu dans un Apple Store de Pékin. Mais la firme californienne n’a pas révélé les raisons de ce séjour en Chine, se contentant d’évoquer « d’importants rendez-vous ».

Lire l’article

Dans la presse : Innover ou dépérir, la France doit choisir

Revue de presse :

Innover ou dépérir : la France doit choisir

Les Échos

Écrit par Michel Destot,

Député-Maire PS Grenoble, Président d’Inventer à gauche

 

LE CERCLE.- Pour toutes les entreprises ou organisations de notre pays soumises à la concurrence internationale, la maxime « innover ou dépérir » est une réalité. Voici donc un sujet majeur pour la France : réviser et reconfigurer notre système d’enseignement supérieur, de recherche et d’innovation, qui dérive du mot latin innovatio. L’innovateur est donc celui qui renouvelle en permanence.

Notre conviction première est que ce triptyque est au fondement de la croissance de demain et qu’il faut considérer comme un tout ce triangle de la connaissance. Notre deuxième conviction : l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation doivent de plus s’inscrire dans les territoires, avec les collectivités locales et en lien avec les acteurs économiques…

Lire la suite...

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :