Le parti des producteurs et des entrepreneurs, c’est nous !

Une contribution rédigé pour le prochain congres du PS, à laquelle nous ne pouvons que souscrire !

Vous pouvez télécharger le texte en PDF ici

Extraits :

(…)

Au-delà de la régulation des relations entre PME et grands groupes, nous avons également réfléchi aux moyens d’une véritable coopération, comme le portage et les quotas visant à augmenter la sous-traitance des grands groupes aux PME. Dans cette perspective, la Banque publique d’investissement peut jouer un rôle majeur. A travers sa politique de filières, elle pourra initier des réseaux de compétences entre grands donneurs d’ordres d’envergure mondiale, PME et jeunes pousses, mais aussi sous le pilotage des régions, de leurs synergies avec les pôles de compétitivité, les centres de formation et les établissements d’enseignement supérieur. Décisif aussi, le rôle du médiateur des relations inter-entreprises industrielles et de la sous-traitance à pérenniser et dont les pouvoirs doivent être renforcés.

(…)

En France, seuls 30% des marchés publics sont attribués à des PME. C’est pourquoi nous avons proposé que leur accès à la commande publique soit favorisé et facilité, y compris à l’échelon européen. Nous avons proposé que soit mis en place, au niveau de l’UE, des quotas ou des référencements particuliers, comme il en existe aux Etats-Unis et au Japon.

Vous pouvez signer la contribution ici.

L’entrepreneur, un enjeu idéologique, par Dominique Guizien

Dans le cadre de ses tribunes libres, Le Monde a donné la parole a quelqu’un qui se présente comme un entrepreneur et dit résider à Tianjin , en Chine donc. Le moins qu’on puisse dire est qu’il a une vision de ses rapports à l’Etat très contrastée. Manifestement dans sa vision du monde, il y avait en haut de l’échelle, le chevalier blanc des temps modernes, l’entrepreneur et face à lui le dragon étatique d’autant plus malfaisant qu’il est devenu socialiste. Mais en la matière, il n’est pas sectaire puisqu’il associe dans sa vindicte les mesures prises par les gouvernements de gauche comme par les gouvernements de droite

http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/07/25/l-entrepreneur-bouc-emissaire-du-patriotisme-gouvernemental_1737602_3232.html

L’entrepreneur, bouc émissaire du patriotisme gouvernemental

Manifestement cet « entrepreneur » vit une expérience entrepreneuriale difficile car je connais autour de moi des entrepreneurs heureux d’entreprendre, d’avoir entrepris et même d’avoir cédé leur entreprise. Leurs reproches portent d’ailleurs le plus souvent sur la manie qu’a l’Etat d’essayer de récupérer le maximum de ce qu’ils ont accumulé, droite et gauche confondus, mais plus à gauche qu’à droite convenant en.

Le reproche majeur que je ferais au propos de ce Monsieur de la Chevalerie (un nom pareil, pour un « capitaine d’industrie », ça ne s’invente pas !), c’est d’affirmer sans nuance que l’objectif unique de l’entrepreneur c’est de « gagner de l’argent ». Et si l’objectif premier des entrepreneurs, des vrais, n’était pas d’abord de créer ?

L’article est évidemment polémique et demandait une réponse.

Il semblerait qu’une première réponse vienne du principal accusé, le PS. E effet dans le cadre de la préparation du congrès de ce parti, la contribution suivante a été publiée qui semble être une réponse au brulot publié par Le Monde

http://www.parti-socialiste.fr/congres/contribution/thematique/le-parti-des-producteurs-et-des-entrepreneurs-cest-nous

Le parti des producteurs et des entrepreneurs, c’est nous !

Cela dit le contenu de ce texte est très technocratique. On ne sent pas dans la rédaction de ce document que ses auteurs ont réellement connu les affres de la création et du développement des entreprises. En quelque sorte, il aurait été bon que ces socialistes qui tentent de démonter l’image « entrepricide » que veulent lui coller les « patrons libéraux » expriment le même raz-le-bol face à la complexité de l’environnement des entreprises pour pouvoir concentrer l’essentiel de leur proposition sur ce qui fait leur différence idéologique avec ces dits patrons : l’entreprise n’est pas faite pour assurer l’enrichissement d’un homme ou d’un petit groupe d’hommes, l’entreprise et faite pour créer et distribuer des richesses. La différence majeure est là.

C’est pourquoi d’ailleurs, il y a toujours dans le cadre de la préparation de ce congrès, une dizaine de contribution qui nous parle de l’économie sociale et solidaire car les entreprises de ce secteur ont depuis longtemps intégré cette conception de l’entrepreneuriat.

Si cette vision est partagée par la majorité du PS, voilà un point au moins où je pourrais être d’accord avec eux

Blog de Dominque Guizien

Une Charte de l’Investissement socialement responsable (IRS)

Nous avons reçu le dernier numéro de « La Lettre pour un durable équitable » publiée par Sophia Stamoulis.

En voici un  extrait :

Face à la grave crise financière que nous traversons les acteurs économique sont dans l’obligation de réfléchir et de faire des proposition pour éviter l’effondrement de l’Économie et du système. La charte de l’Investissement responsable est une base de réflexion autour des questions financières.

« La crise pose la question du rôle et du mode de fonctionnement des marchés financiers et de leur contribution à l’économie réelle. C’est pourquoi, il est plus que jamais nécessaire de s’interroger sur les moyens de renforcer la contribution de la finance au développement durable et d’obtenir une meilleure prise en compte du long terme par les marchés financiers.

L’investissement Socialement Responsable (ISR) et la Responsabilité Sociale/Sociétale des Entreprises (RSE) sont à même de faciliter cette transition. La prise en compte des enjeux environnementaux, sociaux, et de gouvernance dans la conduite des activités influence, en effet, positivement, sur le moyen et le long terme, la performance des entreprises autant que la sécurité et la rentabilités des investissements. Conscients de ces enjeux, les acteurs de la Place de Paris se sont engagés, dès 2009, à travers la signature d’une Charte de l’Investissement Responsable (IR), articulée autour de 3 objectifs (…)

Lire la suite en téléchargeant La Lettre en PDF :

http://www.fichier-pdf.fr/2012/07/31/lettre-n-2-stamoulis/

Revue de presse : le plan Montebourg en faveur de l’industrie automobile

Le plan Montebourg pour venir en aide à la filière automobile a été présenté aujourd’hui. Quelques articles signalés parmi les nombreuses publications à ce sujet aujourd’hui :

Dans le Nouvel Observateur :

http://tempsreel.nouvelobs.com/france-la-crise-sociale/20120725.OBS8131/plan-montebourg-bien-loin-du-laisser-faire-de-la-droite.html

Dans La Tribune :

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/20120725trib000710793/le-plan-auto-renforce-les-superbonus-pour-voitures-electriques-et-hybrides.html

Dans Les Échos :

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/auto-transport/document/0202189138373-compte-rendu-du-conseil-des-ministres-sur-le-plan-de-soutien-a-la-filiere-automobile-347318.php?xtor=RSS-2059

Revue de presse : PSA, en perte de 819 millions au 1er semestre…

En perte de 819 millions d’euros au premier semestre, PSA Peugeot Citroën a annoncé un nouveau plan d’économies de 1,5 milliard d’euros censé l’aider à rebondir en 2015.

 

Lire dans La Tribune :

 

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/20120725trib000710775/psa-peugeot-citroen-a-perdu-819-millions-d-euros-au-premier-semestre.html#xtor=EPR-2-[Lactu+du+jour]-20120725

 

 

 

Lire dans Les Échos :

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/auto-transport/actu/0202188745231-psa-souffre-en-europe-et-annonce-un-nouveau-plan-d-economies-347196.php?xtor=RSS-2059

 

 

 

 

Hausse des créations d’entreprises en juin 2012 selon l’INSEE

 +1,8 % pour les créations hors auto-entrepreneurs

+5,5 % en tenant compte du chiffre de créations d’auto-entreprises 

Le régime de l’auto-entrepreneur ayant été mis en place début 2009, les auto-entrepreneurs sont incorporés aux statistiques de créations d’entreprises depuis janvier 2009. Toutefois, le modèle de désaisonnalisation de la série des créations est perturbé par le choc que constitue l’arrivée des auto-entrepreneurs, dont on ignore le profil saisonnier. Depuis le numéro d’octobre 2009, seule la composante « hors auto-entrepreneurs » est désaisonnalisée. On lui ajoute le nombre brut de créations sous le régime de l’auto-entrepreneur. En février 2012, le modèle de désaisonnalisation de la composante « hors auto-entrepreneurs » a été révisé pour l’ensemble des données, depuis janvier 2000.

En juin 2012, le nombre de créations d’entreprises est en hausse par rapport au mois de mai : +1,8 % pour les créations hors auto-entrepreneurs, en données corrigées des variations saisonnières et du nombre de jours ouvrables ; +5,5 % lorsqu’on y adjoint les demandes de création d’auto-entreprises en données brutes.

Lire l’information sur le site de l’INSEE :

http://www.insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=41&date=20120713

Présentation des 22 commissaires au redressement productif

Le ministre du redressement productif a convié au ministère les 22 commissaires au redressement productif qu’il a nommés dans chaque région de France métropolitaine.

À lire ici :

http://www.redressement-productif.gouv.fr/presentation-des-22-commissaires-au-redressement-productif#xtor=RSS-11

Le ministre, Arnaud Montebourg, entouré des 22 commissaires au redressement productif

%d blogueurs aiment cette page :