Egalité professionnelle H/F dans le public : et si les chosent changeaient ?

Par Bruno Decottignies (MaViePro)

Le point sur l’égalité professionnelle dans le secteur public qui semble être devenu, depuis le début de l’année, une priorité du gouvernement.

« Il n’y a pas de pente naturelle à l’égalité professionnelle », soulignait en février dernier la député de Seine-Maritime Françoise Guégot, concluant son rapport sur l’égalité professionnelle entre hommes et femmes dans la fonction publique. Avant d’ajouter que « seules des contraintes définies sous la forme d’objectifs chiffrés de promotion offriront l’assurance d’atteindre une véritable égalité professionnelle ».

Inégalités criantes

Un constat difficile à contredire, puisque les agents féminins se heurtent à un véritable plafond de verre lorsqu’il s’agit d’atteindre des postes de direction : en 2009, 21,4% sont occupés par des femmes dans la fonction publique d’Etat, 18% dans la fonction publique territoriale, 40% dans la fonction publique hospitalière, selon le rapport sur l’état de la fonction publique 2010/2011. Lire la suite

Comptons sur elles !

Par Sophie Herber (MaViePro)

L’association des femmes experts-comptables veut promouvoir des professionnelles capables de siéger dans les CA des entreprises.

Anticipant la loi Zimmermann, votée le 13 janvier dernier et qui prévoit un quota de 40% de femmes dans les conseils d’administration d’ici 2017, le conseil supérieur de l’Ordre des experts-comptables a créé l’association des Femmes diplômées d’expertise comptable administrateurs en novembre 2010. « L’objectif fixé par la loi est ambitieux et il n’est pas forcément aisé de trouver des femmes possédant à la fois une bonne culture économique, une expérience de l’entreprise et du management et surtout motivées pour s’investir dans ce type de responsabilités » précise Agnès Bricard, la présidente de l’association, par ailleurs vice-présidente du conseil supérieur de l’Ordre des experts-Comptables.

Plus de 1000 adhérentes expérimentées Lire la suite

Femmes dans les CA : le difficile palier des 40%

Par Corinne Dillenseger (MaViePro)

Trop exigeantes, les entreprises auront du mal à atteindre le quota de 40% de femmes dans leurs conseils d’administration imposés par la loi à l’horizon 2017.

Elles avaient jusqu’en 2012 pour nommer 20% de femmes dans leurs instances et ont jusqu’à 2017 pour faire passer le taux à 40% (loi Copé-Zimmermann). Heureuse surprise, les groupes du CAC 40 ont déjà franchi  à ce jour le premier cap. Contrairement aux 80 entreprises du SBF 120 qui trainent encore avec une proportion de femmes administratrices de 14%. Reste maintenant à accéder au palier des 40%, ce qui semble bien plus difficile dans le délai imparti.

Des candidates plutôt d’origine étrangère

C’est le constat du dernier baromètre Diafora-BoardWomen Partners (BPW). « Les entreprises devront nommer environ 500 administratrices dont plus de 300 nouvelles entrantes » analyse le cabinet. « La tâche sera ardue car les recruteurs ont mangé leur pain blanc. Ils ont en effet largement puisé dans le maigre réservoir des femmes qui remplissent leurs critères de sélection actuels, lesquels sont particulièrement exigeants ». Ces critères portent sur des femmes ayant exercé de très hautes responsabilités dans l’exécutif de grands groupes et/ou disposant d’une certaine notoriété dans les affaires ou en politique. Mais surtout, « les entreprises ont souvent cherché à faire d’une pierre deux coups : féminiser et internationaliser leur conseil ». D’où un choix qui s’est souvent porté vers des candidates d’origine étrangère limitant ainsi les possibilités de promouvoir des femmes françaises compétentes. Aujourd’hui, 59% des nouvelles administratrices du CAC 40 sont étrangères.

Un vivier de profils compétents

« Les entreprises doivent cesser de multiplier les exigences et au contraire redoubler leurs efforts pour faire émerger des profils compétents » estime le cabinet Diafora-BWP. Car ces profils sont souvent invisibles même au sein de leur propre groupe. D’où le lancement en juin 2007 du programme BoardWomen Partners, destiné à repérer, former et accompagner des femmes ayant le potentiel pour devenir des administratrices. Un programme initié par Véronique Préaux-Cobti et Marie-Claude Peyrache, et porté par 25 présidents de grands groupes. Grâce à cette initiative, 12 femmes ont intégré un conseil d’administration ces deux dernières années, près de 40 sont aujourd’hui qualifiées pour assumer un poste d’administrateur. Aux entreprises maintenant de puiser dans ce vivier.

La place des femmes sur le marché du travail

Par Sophie Herber (MaviePro)

Dans « Travail et emploi des femmes », la sociologue et directrice de recherche au CNRS Margaret Maruani analyse les caractéristiques de l’activité féminine.

« Depuis le début des années 60, la montée de l’activité féminine est l’élément moteur de la croissance de la population active », indique Margaret Maruani. En Europe, de 30% en 1960, les femmes représentent aujourd’hui 45% des actifs. Malgré tout, cette quatrième édition de Travail et emploi des femmes dresse un état des lieux en dents de scie.

Car si les femmes sont de plus en plus nombreuses à travailler, si elles sont plus diplômées que les hommes et continuent à exercer leur métier après avoir donné naissance à un voire plusieurs enfants, leur réussite professionnelle est souvent moindre, les écarts de salaires constant, et le plafond de verre toujours aussi résistant. Pire encore, dans certaines professions la féminisation conduit à la précarisation. Ainsi, « là où il se développe, le travail à temps partiel accentue la concentration des emplois féminins en les cantonnant dans un nombre encore plus réduit de professions et de qualifications ». Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :